Archives de la catégorie 'Peuples & Ethnies'

PEUPLES & ETHNIES : Sommaire

LE PEUPLE AFAR + + +

Chants traditionnels Afar

Abay, jeune femme Afar

LE PEUPLE ARBORÉ + +

LE PEUPLE ARI + +

LE PEUPLE BANNA +

LE PEUPLE BODI + +

LE PEUPLE BORENA + +

Les “puits chantés”

LE PEUPLE DASSANECH + + +

LE PEUPLE DORZÉ + + +

LE PEUPLE HAMER + + +

La cérémonie de l’Ukuli + +

La cérémonie du Gore

LE PEUPLE KARAYU +

LE PEUPLE KARO + + + +

LE PEUPLE KONSO + + + + +

Un musée pour préserver la culture Konso

Les Konso célèbrent leur entrée au patrimoine mondial de l’Unesco

LE PEUPLE MAALÉ

La musique chez les Maalé +

LE PEUPLE MEINIT +

LE PEUPLE MURSI + + + +

LE PEUPLE NYANGATOM + +

LE PEUPLE SURMA + + + +

LE PEUPLE TSAMAY + +

Le peuple Meinit

(Autres noms : Menit, Meanit)

Menit, Meinit, Meanit, Femme, Jeune, Woman, YoungLes Meinit vivent dans les collines aux alentours du village de Tum, au sud de l’Ethiopie.

Ils ont l’habitude de décorer le visage des jeunes filles avec des scarifications obtenues en grattant la peau et en la laissant s’infecter. Les hommes marchent généralement avec un long bâton de bois, qui constitue un symbole phallique.

Bien qu’ils ne vivent qu’à quelques kilomètres les uns des autres, les Meinit et les Surmas entretiennent des relations conflictuelles.

Ces derniers temps, les Meinit sont menacés et déplacés par le gouvernement éthiopien. Leurs terres sont confisquées et vendues, notamment à des entreprises étrangères.

Voir aussi :

Album photo du peuple Meinit

L’Ethiopie a célébré un mariage de masse pour promouvoir sa diversité

par Grégoire Pourtier

Mariage, Ethiopie, Ethiopia

Ecouter le reportage

En Ethiopie a été organisé samedi dernier un mariage de masse : 500 couples venus de tout le pays ont célébré leur union de manière officieuse, mais en présence du ministre de la Culture et du Tourisme. L’objectif était en effet de promouvoir le pays dans toute sa diversité, et en présence d’une cinquantaine d’ethnies différentes, la cérémonie a donc été colorée et joyeuse. La société à but social « Eminence » aurait investi 1,3 millions d’euros dans cet évènement, alors que les couples étaient eux présents pour faire des économies. Reportage au cœur d’une fête qui ne ressemblait pas franchement à un mariage, mais qui a ravi les participants en voulant symboliser l’unité du pays.

Source : RFI, 23 novembre 2012

Le peuple Ari

(Autre nom : Aari)

Le peuple Ari vit au nord du Parc national du Mago, autour de Jinka, et compte 120 000 membres. C’est la tribu qui dispose du plus vaste territoire dans cette zone.

Ari, Femme, Enfant, Peuple, Tribu, Ethiopie, Ethiopia, Ethnie

Les terres des Ari sont exceptionnellement vertes et fertiles, ce qui leur permet d’avoir des cultures diversifiées telles que les céréales, le café ou les fruits. Ils récoltent également beaucoup de miel, qui leur sert souvent de monnaie d’échange, et possèdent de nombreuses têtes de bétail.

Les membres de la tribu ont l’habitude de peindre et de scarifier leur corps. Les femmes sont traditionnellement vêtues de jupes confectionnées à partir d’ensète, mais qui, de nos jours, ne sont plus portées que pour les grandes occasions. Elles sont réputées pour leurs poteries qu’elles vendent sur les marchés alentours.

Ari, Maison, Peuple, Tribu, Ethiopie, Ethiopia, EthnieLes maisons aux toits de chaume des Ari sont décorées de belles peintures murales. La peinture est l’activité des femmes alors que les hommes se consacrent aux travaux agricoles. Les murs des maisons sont couverts de boue puis peints. Les femmes renouvellent régulièrement cette décoration. Chacune a son style de peinture personnel, que ce soit au niveau des motifs, des matériaux ou des couleurs. Elles utilisent leurs doigts, des plumes de poules ou des tiges d’igname. Les couleurs sont obtenues à partir de terre, de charbon, d’acide de batterie, de bouse de vache et d’eau. Le mot Ari qui désigne ces peintures murales est “bartsi”, ce qui signifie “donner de la beauté”.

Les Ari parlent la langue Hamer. Ils sont assez timides car ils ne reçoivent pas autant de visites que d’autres tribus, telles que leurs voisins Mursi.

Voir aussi :

Album photo du peuple Ari
Vidéos du peuple Ari

Vidéos : Le peuple Ari

Le peuple Ari : Danses traditionnelles

Le peuple Ari : Chants d’enfants

Voir aussi :

Le peuple Ari
Album photo du peuple Ari

Des affrontements tribaux font 18 morts dans le sud

Au moins 18 personnes ont été tuées et de nombreuses personnes ont dû fuir, selon la Croix-Rouge kényane, lors de trois jours d’affrontements tribaux dans le sud de l’Ethiopie, où la situation est revenue à la normale dimanche, a assuré le gouvernement éthiopien.

Les affrontements ont éclaté jeudi dans la zone de Moyale, à environ 1,5 km de la frontière avec le Kenya, entre tribus voisines Borena et Garri, à propos de différends fonciers, selon un communiqué de la Croix-Rouge kényane.

« Les autorités locales n’ont pas été capables de résoudre les revendications et contre-revendications de manière constructive, donc des affrontements s’en sont suivis », a de son côté déclaré à l’AFP le porte-parole du gouvernement éthiopien Simon Bereket, sans donner de détail sur le bilan.

Selon le communiqué de la Croix-Rouge kényane, « au moins 18 morts et 12 blessés ont été confirmés » et le conflit a également causé « des destructions de biens et il a été fait état de déplacements massifs de populations ».

L’enregistrement des populations déplacées qui permettra de déterminer leur nombre exact est en cours, mais « plus de 10 000 personnes ont besoin d’une aide humanitaire urgente », poursuit la Croix-Rouge kényane dans ce texte.

Simon Bereket a assuré que « la police fédérale et le gouvernement (éthiopien) sont intervenus et tous les responsables sont entre leurs mains », ajoutant que la situation était désormais « normalisée » et que les déplacés pourraient « bientôt » rentrer en Ethiopie.

« Il s’agit d’une péripétie, dont nous allons nous occuper et ils seront de retour bientôt […] et continueront à vivre leur vie normalement », a-t-il poursuivi.

Source : Jeune Afrique, 29 juillet 2012

Les Konso célèbrent leur entrée
au patrimoine mondial de l’Unesco

Tambours et chants résonnent entre les collines. La tribu éthiopienne Konso, femmes flamboyantes dans leurs jupes oranges, hommes couverts de masques en peau de vache et plumes blanches, fêtent l’inscription de leur paysage culturel au patrimoine mondial de l’Unesco.

Konso, Peuple, Tribu, Ethnie, Tribe, Danseurs, Dancers, Dance, Danse

En ce jour de célébration, des centaines de Konso ont investi les rues de leur désormais célèbre ville, située à quelque 600 km au sud-ouest de la capitale éthiopienne Addis Abeba.

Situé sur les hauts plateaux d’Ethiopie, le paysage culturel du pays Konso, a été choisi l’an dernier par l’Unesco, mais n’a officiellement rejoint la liste du patrimoine mondial que cette année.

L’Unesco a distingué ce site aride de 55 km², ses terrasses en pierre et ses fortifications, parce qu’il « constitue un exemple spectaculaire d’une tradition culturelle vivante » vieille de plus de 400 ans et qu’on y trouve des statues de bois anthropomorphiques qui constituent « un témoignage exceptionnel et vivant de traditions funéraires sur le point de disparaître ».

L’inscription du paysage Konso au patrimoine mondial fait de l’Ethiopie le pays d’Afrique au plus grand nombre de sites protégés. Les églises de Lalibela, haut lieu du christianisme orthodoxe éthiopien, ou encore les stèles d’Axoum font parties des autres trésors du pays reconnus par l’organisation onusienne.

Lire la suite…

Le peuple Karayu

(Autres noms : Karrayyu, Karayou, Kereyu)

Karayu, Karrayyu, Karayou, Kereyu, Femme, Oromo, Ethiopie, EthiopiaLes Karayu, qui font partie de l’ethnie Oromo, vivent à l’est de l’Ethiopie, dans la vallée de l’Awash.

L’ethnie Oromo s’étant dispersée dans différentes parties de l’Ethiopie, elle s’est adaptée à chaque situation locale, ce qui a mené à une diversification culturelle. Malgré des différences notables selon les régions, les Oromo ont gardé le même langage, l’afaan oromo ; la même religion, le waaqeffata ; et la même organisation sociale, le gada. Cependant, ces traditions sont de moins en moins pratiquées, à cause des pressions des autres religions et des changements de mode de vie.

Les Karayu sont parmi les derniers Oromo – avec les Borena, les Guji et les Kamise – à maintenir leur mode de vie pastoral. A ce titre, ils sont considérés par de nombreux Oromo comme les gardiens de la culture traditionnelle.

La religion traditionnelle des Karayu est le waaqeffata, une religion monothéiste basée sur une croyance en un être suprême appelé Waaqa. Cette religion est fortement liée à la nature. Les Oromo prient ainsi le Waaqa dans des sites sacrés tels que des lacs oKarayu, Karrayyu, Karayou, Kereyu, Homme, Oromo, Ethiopie, Ethiopiau points d’eau, les sommets de certaines montagnes mais aussi auprès d’espèces d’arbres spécifiques, comme l’odaa. Cependant, et contrairement à certaines interprétations qui ont pu être faites, cette proximité avec la nature n’en fait pas des animistes pour autant.

Les Karayu participent aussi au système du gada, une forme africaine de démocratie ancienne et complexe, basée sur des groupes générationnels qui alternent le pouvoir tous les huit ans. Un cycle gada complet dure 40 ans. Le gada n’est pas seulement un système politique mais aussi une institution sociale qui régit la vie des Oromo de la naissance jusqu’à la mort.

Aujourd’hui, les Karayu luttent pour maintenir le mode de vie traditionnel et font face à des difficultés car ils sont un groupe assez méconnu, que ce soit en Ethiopie ou à l’étranger.

Voir aussi :

Album photo du peuple Karayu

Le peuple Banna

(Autres noms : Bana, Bena, Benna)

Le peuple Bana, implanté autour de Key Afar et jusqu’aux berges de la rivière Weyto, compte environ 40 000 individus. Ils pratiquent l’agriculture et complètent leurs besoins alimentaires par la chasse.

Banna, Bana, Bena, Benna, Peuple, Tribu, Ethnie, Tribe, Omo, Ethiopie, Ethiopia

Les Banna présentent des ressemblances flagrantes avec leurs cousins Hamer avec qui ils partagent leur langage (seule l’accentuation diffère), leurs coutumes et leurs croyances. Ils s’adonnent ainsi à des danses et des chants rituels et célèbrent la cérémonie de l’Ukuli ou “saut de vaches”.

Les hommes Bana se parent souvent d’une coiffure d’argile agrémentée de plumes. Quant aux femmes, elles enduisent leurs cheveux de beurre et les décorent avec des perles. Lors des fêtes rituelles, hommes comme femmes ornent leurs corps de peinture à l’argile ou à la chaux.

Voir aussi :

Album photo du peuple Banna

Vidéos : Le peuple Tsamay

Le peuple Tsamay (1)

Le peuple Tsamay (2)

Voir aussi :

Le peuple Tsamay
Album photo du peuple Tsamay

Suivant »

web development