Warning: Use of undefined constant wp_cumulus_widget - assumed 'wp_cumulus_widget' (this will throw an Error in a future version of PHP) in /homepages/19/d223858152/htdocs/wordpress/wp-content/plugins/wp-cumulus/wp-cumulus.php on line 375
Climat & Catastrophes Naturelles | Toi qui viens d'Ethiopie... - Part 2

Archives de la catégorie 'Climat & Catastrophes naturelles'

Les crues, une nouvelle menace pour la sécurité alimentaire


Warning: Use of undefined constant wpurl - assumed 'wpurl' (this will throw an Error in a future version of PHP) in /homepages/19/d223858152/htdocs/wordpress/wp-content/plugins/add-to-facebook-plugin/addtofacebook.php on line 53

Alors que la sécheresse continue de compromettre gravement la sécurité alimentaire de pas moins de 4,5 millions d’Ethiopiens, les inondations prévues pour la deuxième moitié de 2011 risquent d’aggraver la situation, selon les responsables du service météorologique.

Sécheresse, Insécurité alimentaire, Famine, Ethiopie, Ethiopia

L’agence éthiopienne de météorologie a annoncé des précipitations allant de normales à supérieures à la moyenne au cours de la saison des pluies, qui dure de juin à septembre ; elle a également averti que des inondations risquaient d’avoir lieu dans l’ouest, le nord-ouest et le centre du pays. Les crues risquent de toucher les zones situées autour du lac Tana, dans la région Amhara, certaines parties de la région Gambela, ainsi que les zones situées le long du bassin de l’Awash, dans la région Afar.

« Certaines zones situées dans ces régions, en particulier celles qui se trouvent à basse altitude et en bordure des cours d’eau, risquent d’être touchées par les inondations, comme nous l’annonçons souvent en cette saison », a dit Diriba Koricha, directeur du service de prévisions et d’alerte précoce de l’agence.

Toutefois, « au fil de la saison, en août et septembre, des averses brèves mais violentes risquent également de provoquer des inondations n’importe où dans le pays », a-t-il expliqué, ajoutant que des mesures de préparation supplémentaires devaient être prises pour prévenir toute crise humanitaire.

Dans un appel lancé le 11 juillet en vue d’obtenir une aide pour faire face à la sécheresse, le ministère éthiopien de l’Agriculture a déclaré que l’état de la sécurité alimentaire du pays s’était aggravé depuis le début de l’année, en raison de la sécheresse dévastatrice liée à La Niña, qui frappe à l’heure actuelle certaines régions du pays.

Le pays a demandé à recevoir 398 millions de dollars d’aide alimentaire et non alimentaire entre juillet et décembre 2011.

Le gouvernement a lancé cet appel après que les acteurs humanitaires eurent signalé un manque de financements.

Selon Judith Schuler, porte-parole du Programme alimentaire mondial (PAM) en Ethiopie, un grand nombre des activités menées par l’organisme dans le domaine de l’aide alimentaire en Ethiopie « pâtissent d’un déficit de financement important ».

Le PAM a besoin de 120 000 tonnes de vivres supplémentaires, soit l’équivalent d’environ 112 millions de dollars, d’ici à la fin de l’année.

Lire la suite…

Menace de famine sur l’Ethiopie


Warning: Use of undefined constant wpurl - assumed 'wpurl' (this will throw an Error in a future version of PHP) in /homepages/19/d223858152/htdocs/wordpress/wp-content/plugins/add-to-facebook-plugin/addtofacebook.php on line 53

par Gaëlle Laleix

Changement climatique, pluies insuffisantes, hausse mondiale des prix des céréales… L’Ethiopie n’a plus les moyens de se nourrir. Près de 3,2 millions de personnes ont besoin d’aide alimentaire.

Famine, Ethiopie, Ethiopia

Le spectre de la famine menace une fois de plus l’Ethiopie. Les prix des denrées alimentaires ont atteint des sommets sur les marchés. Entre février et mars 2011, le prix du maïs a augmenté de 21 %, le sorgho de 18 %, le blé de 14 % et le teff, une céréale locale, de 10 %. Un sac de 100 kilos de maïs vaut aujourd’hui 520 birrs, soit 22 euros.

Le revenu moyen des familles éthiopiennes tourne autour de 17 euros par mois. La plupart n’ont donc pas les moyens pour supporter cette hausse des prix. Pourtant, les céréales sont la base de l’alimentation éthiopienne. Le teff sert à fabriquer l’injera, sorte de galette avec laquelle les Ethiopiens mangent. Les pois chiches fabriquent le shiro, plat de base éthiopien, et le maïs leur pain.

Faute de pouvoir s’approvisionner en teff, les familles se rabattent sur des céréales comme le sorgho, de moins bonne qualité. Les vendeurs de détail coupent aussi leurs stocks avec de céréales bas de gamme pour faire plus de profits. Tous les produits de base sont affectés par la hausse des prix. L’inflation a atteint les 30 % en avril.

« Depuis plusieurs mois, je fais des choix dans ce que je dois acheter. Si je veux de l’injera, alors je prendrai moins de café », confie Abyie Tesfaye, chauffeur de taxi collectif à Addis Abeba.

Selon l’ONU, « l’Afrique de l’Est est en train d’affronter la pire crise alimentaire du moment ». La FAO, l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture, a dû réévaluer le nombre de personnes ayant besoin d’aide alimentaire en Ethiopie, passant de 2,8 à 3,2 millions. 41 % de la population souffre de malnutrition. La menace touche surtout les zones sud et sud-est du pays. Deux tiers des besoins d’aide alimentaire se concentrent dans le sud de la région Somali et dans les terres basses de la région Oromia.

Sécheresse et hausse mondiale des prix

Depuis plusieurs années, le gouvernement éthiopien s’est doté d’une véritable stratégie agricole avec notamment son Plan de développement agricole et d’industrialisation, ou encore le Plan de développement durable et de réduction de la pauvreté (SDRP). Il a investi dans les routes et les réseaux de communications ainsi que dans des graines modernes et des fertilisants…

Lire la suite…

Sécheresse en Ethiopie: les Nations Unies pour des solutions à long terme


Warning: Use of undefined constant wpurl - assumed 'wpurl' (this will throw an Error in a future version of PHP) in /homepages/19/d223858152/htdocs/wordpress/wp-content/plugins/add-to-facebook-plugin/addtofacebook.php on line 53

La chef des opérations humanitaires de l’ONU, Valerie Amos, a appelé samedi à des solutions à long terme face à la sécheresse en Ethiopie, ainsi qu’à un renforcement de la sécurité pour améliorer l’aide d’urgence.

Sécheresse, Insécurité alimentaire, Famine, Ethiopie, Ethiopia

Nous avons besoin de prévoir sur le long terme pour aider les gens à reconstruire leurs communautés une fois que la situation s’améliorera, a déclaré Mme Amos devant la presse à Addis Abeba.

La secrétaire générale adjointe des Nations Unies en charge des affaires humanitaires a appelé à améliorer l’accès à l’eau, le système de soin et le système éducatif, après avoir passé la journée dans la région de l’Ogaden, à l’est du pays, la plus touchée en Ethiopie par la sécheresse qui frappe toute la Corne de l’Afrique.

Mme Amos a également souligné la nécessité d’améliorer la sécurité dans les régions les plus touchées par la sécheresse, afin de permettre un meilleur accès aux agences humanitaires.

Deux employés du Programme alimentaire mondial ont été détenus pendant un mois, et un autre avait été tué en mai dans une embuscade dans l’Ogaden, une région à majorité somali musulmane, où les forces gouvernementales font face à un mouvement rebelle, le Front national de libération de l’Ogaden (ONLF).

Valerie Amos a discuté avec le Premier ministre adjoint éthiopien Hailemariam Desalegn des moyens de mieux assurer la sécurité des personnels des agences humanitaires.

Selon les Nations Unies, 3,2 millions de personnes ont besoin d’une assistance alimentaire en Ethiopie, en raison d’une sécheresse due à deux saisons consécutives sans pluie, qui frappe également la Somalie et le nord du Kenya.

Près de 10 millions de personnes au total ont besoin d’une aide humanitaire aujourd’hui dans la Corne de l’Afrique, selon les Nations Unies.

Mme Amos est demeurée prudente après l’annonce cette semaine par les islamistes somaliens shebab qu’ils étaient désormais prêts à laisser travailler les agences humanitaires sur le territoire qu’ils contrôlent, en raison de la gravité de la situation.

C’est quelque chose que nous devons mettre à l’épreuve pour voir si nous serons capables d’apporter cette assistance dont la nécessité est si urgente aujourd’hui en Somalie, a déclaré la responsable des Nations Unies.

Les Nations Unies ont appelé à la solidarité internationale pour apporter une aide humanitaire à la hauteur de la crise actuelle dans la Corne de l’Afrique. L’Ethiopie a reçu aujourd’hui 234,4 millions de dollars, soit 77 % des sommes nécessaire selon les Nations Unies.

Source : Romandie News, 9 juillet 2011

L’ONU renforce l’aide aux victimes de la sécheresse


Warning: Use of undefined constant wpurl - assumed 'wpurl' (this will throw an Error in a future version of PHP) in /homepages/19/d223858152/htdocs/wordpress/wp-content/plugins/add-to-facebook-plugin/addtofacebook.php on line 53

Le bureau des Nations unies pour la coordination des affaires humanitaires (OCHA) a lancé vendredi un appel pour une assistance accrue à environ deux millions de personnes touchées par la sécheresse en Ethiopie.

Sécheresse, Aide alimentaire, Ethiopie, Ethiopia, Famine, Insécurité alimentaire

OCHA a indiqué dans un communiqué transmis à la PANA à New York que la sécheresse qui sévit dans ce pays devrait persister jusqu’à la prochaine saison des pluies prévue pour octobre. Il a cependant noté que « l’eau est acheminée par des camions citernes aux résidents des basses terres situées au sud et sud-est du pays qui sont touchés par la sécheresse ». Il a également déclaré que les agences d’aide de l’ONU, en collaboration avec les autorités nationales, les ONG, distribuaient de la nourriture aux ménages dans le besoin et fournissaient des soins de santé, des services vétérinaires et des aliments de bétail. « Les agences mettent en garde contre le risque accru de flambée d’épidémie qui a été causé par la sécheresse ces dernières années », a indiqué le communiqué.

Le gouvernement éthiopien a lancé une requête pour une assistance humanitaire d’un montant de 75 millions de dollars en avril et mai, alors que les agences de l’ONU et leurs partenaires ont sollicité plus de ressources pour faire face aux besoins croissants et élargir les opérations dans les prochains mois afin d’éviter des écarts dans la fourniture de l’aide.

OCHA a déclaré que « les troubles récents au Moyen-Orient et en Afrique du Nord ont conduit à une baisse au niveau de la demande en exportations de bétail, réduisant ainsi les revenus des communautés touchées ».

Source : Afrique en ligne, 30 avril 2011

Appel à l’aide pour les régions pastorales


Warning: Use of undefined constant wpurl - assumed 'wpurl' (this will throw an Error in a future version of PHP) in /homepages/19/d223858152/htdocs/wordpress/wp-content/plugins/add-to-facebook-plugin/addtofacebook.php on line 53

Des pluies insuffisantes, particulièrement dans les régions Somali et Oromia en Ethiopie, ont entraîné des pénuries alimentaires et poussé le gouvernement, ainsi que ses partenaires internationaux, à demander 226,5 millions de dollars en aide humanitaire pour près de trois millions de personnes, selon un responsable du gouvernement.

« Bien que l’amélioration générale de la sécurité alimentaire dans le pays ait conduit à la réduction du nombre de bénéficiaires pour 2011 – 2,8 millions contre 5,2 millions en janvier 2010 – cela reste toujours 18 % plus élevé que l’estimation de novembre 2010 », a dit Mitiku Kassa, ministre d’état de l’Agriculture, lors de l’appel lancé le 7 février.

« Les rendements insuffisants de la petite saison des pluies ont conduit à une augmentation du nombre de bénéficiaires dans les zones agro-pastorales des régions sud et sud-est du pays, surtout dans l’état régional de Somali », a ajouté M. Mitiku. « Il existe un problème critique causé par l’absence des pluies “Deyr” et “Hagaya” [courtes précipitations allant d’octobre à décembre] en Somali, Borena et Guji ».

La moitié des gens qui ont besoin d’aide alimentaire viennent des régions Somali et Oromia, et 14 % viennent de la région Amhara. Dans toutes ces régions, les pluies attendues entre octobre et décembre ont été faibles – une situation attribuée par les experts au phénomène météorologique d’El Niña.

« La sécheresse persiste », a dit à IRIN Félix Gomez, directeur pays adjoint du Programme alimentaire mondial. « Nous avons observé des migrations précoces du bétail [qui ont] commencé à faire pression sur les points d’eau et les pâturages ».

La sécheresse a également entraîné des pénuries d’eau dans des régions comme celle d’Oromia, où le nombre de districts touchés est passé de 25 à 33, selon le Bureau de la Coordination des Affaires Humanitaires des Nations Unies.

Dans les régions Peuples du Sud, Somali et Oromia, le manque quasi-total de pluies d’octobre à décembre a épuisé environ 80 % des sources d’eau traditionnelles, qui couvrent normalement 80 % des besoins dans les zones pastorales, a indiqué le Réseau des systèmes d’alerte précoce contre la famine.

Dans beaucoup de ces régions, la disponibilité des pâturages est devenue limitée, déclenchant une migration précoce du bétail vers les zones de réserves de pâturages pour la saison sèche. « L’afflux continu des communautés pastorales de Somalie centrale, du nord-est et du nord du Kenya dans les zones voisines des régions Somali et Oromia a été signalé », a noté le réseau.

« Des mouvements inhabituels du bétail se déroulent également dans ces zones. La condition physique du bétail, surtout parmi les vaches et les porcelets a considérablement baissé, comparé à la normale, dans la majeure partie des basses-terres de Somali-Sud, du Sud-Omo, de Balé et de Borena ».

Source : IRIN, 9 février 2011

La NASA va aider l’Ethiopie dans la mise en place d’un programme de prévention des changements climatiques


Warning: Use of undefined constant wpurl - assumed 'wpurl' (this will throw an Error in a future version of PHP) in /homepages/19/d223858152/htdocs/wordpress/wp-content/plugins/add-to-facebook-plugin/addtofacebook.php on line 53

L’administration américaine de l’aéronautique et de l’espace (NASA) va aider l’Ethiopie dans la mise en place d’un programme intégré de prévention des risques du changement climatique, à travers des activités de prévisions météorologiques et de protection de l’environnement, a annoncé, vendredi, l’Autorité éthiopienne de protection de l’environnement (EPA).

Selon le directeur de l’EPA, Desalegn Mesfin, l’Autorité envisage de conclure des accords de partenariat avec diverses institutions de recherche, y compris la NASA, en vue de renforcer les capacités en matière de prévention des risques de changement climatique et de l’échange d’information.

Ces accords permettront le transfert de technologie et de connaissances entre l’Autorité, l’Université d’Addis Abeba et l’Université américaine Johns Hopkins, a-t-il fait savoir.

Le changement climatique représente une grande menace pour la croissance et le développement durable en Afrique, le continent qui contribue le moins aux émissions globales de gaz à effet de serre (GES).

Pourtant, l’Afrique est particulièrement vulnérable aux effets du changement climatique, notamment à cause de sa dépendance à l’égard des rendements de l’agriculture sous pluie, de la pauvreté et du manque de capacités.

Les trois quarts des pays d’Afrique sont situés dans des zones où il suffirait d’une faible réduction des précipitations pour engendrer d’importantes diminutions de la disponibilité globale en eau.

D’ici à 2020, entre 75 et 250 millions de personnes seront exposées à une augmentation des crises liées à l’eau.

Un Africain, en moyenne, génère 13 fois moins de GES qu’un Nord-américain et le continent est responsable de moins de 4 % des émissions de GES produites dans le monde.

Source : Aufait Maroc, 29 octobre 2010

Une nouvelle politique pour gérer les risques de catastrophes


Warning: Use of undefined constant wpurl - assumed 'wpurl' (this will throw an Error in a future version of PHP) in /homepages/19/d223858152/htdocs/wordpress/wp-content/plugins/add-to-facebook-plugin/addtofacebook.php on line 53

Le 27 septembre, d’énormes feux de joie ont marqué la célébration des fêtes de Meskel, qui, pour les Chrétiens orthodoxes d’Ethiopie, coïncident avec la fin de la saison des pluies dans les régions montagneuses du pays. Cette année, les pluies ont été abondantes ; trop abondantes dans certaines régions.

Les habitants de la Cheffa valley, à quelque 350 kilomètres au nord-est d’Addis Abeba, fêteront sans aucun doute la fin des pluies. Lorsque la zone a été touchée par les inondations, à la fin du mois d’août, les bâtiments se sont effondrés, la boue a envahi les habitations et certains villages ont dû être abandonnés ; les femmes et les enfants ont été contraints de camper dans une école, et les hommes de dormir dehors, avec leur bétail.

Adam Mustafa, 80 ans, a expliqué qu’il s’agissait des inondations les plus dévastatrices qu’il lui ait jamais été donné de voir ; un châtiment divin. Pour d’autres habitants, ces inondations étaient le résultat d’une mauvaise gestion des canaux d’évacuation et d’un écoulement d’eau excessif, dû à la détérioration des terres dans les régions montagneuses. Pour les responsables, elles sont une conséquence du changement climatique.

Quelles qu’en soient les causes, les autorités locales, les groupes d’aide sociale, l’armée, les commerces locaux, les organismes des Nations Unies et les organisations non gouvernementales (ONG) internationales sont intervenus pour apporter de l’aide aux populations. Des secours immédiats – vivres, bâches en plastique, vêtements, couvertures, savon, systèmes de purification de l’eau et soins de santé – ont été apportés dans le cadre d’une opération d’une envergure relativement modeste, mais efficace. Le matériel était acheminé jusque dans les villages sinistrés par les hélicoptères de l’armée.

La vallée fait partie des quelques dizaines de régions touchées par les inondations en Ethiopie, en 2010. Globalement, cette année, selon les estimations du gouvernement, plusieurs centaines de milliers de personnes seront touchées, et des dizaines de milliers d’habitants ont été contraints de quitter leur domicile, au moins temporairement, dans sept régions. Les inondations continuent de menacer certaines zones des basses terres des régions Somali et de Gambela.

Stratégie de gestion des catastrophes

Une nouvelle stratégie gouvernementale est en cours d’élaboration ; elle vise à établir de nouveaux systèmes de gestion des risques perpétuels qui menacent le pays, dont la sécheresse, les inondations et les épidémies.

Lire la suite…

Plus de 15 000 Ethiopiens déplacées par les inondations


Warning: Use of undefined constant wpurl - assumed 'wpurl' (this will throw an Error in a future version of PHP) in /homepages/19/d223858152/htdocs/wordpress/wp-content/plugins/add-to-facebook-plugin/addtofacebook.php on line 53

Près de 16 000 personnes sinistrées ont été déplacées par les inondations qui ont frappé l’Ethiopie suite à de fortes pluies qui se sont abattues sur le pays, a annoncé lundi une coalition d’agences de l’ONU.

Les inondations ont détruit les cultures et les biens des populations, tandis que le refoulement du barrage de Tendaho, dans le woreda Dubti, a également causé des inondations. « Les inondations ont détruit des routes et plusieurs ponts stratégiques ».

Les autorités régionales, à l’aide d’hélicoptères, ont sauvé ceux qui étaient encerclés par les eaux et apporté des vivres et des abris dans les woredas de Dubti et Milé.

Avec les partenaires humanitaires, les autorités régionales surveillent étroitement les risques sanitaires potentiels, comme la malaria et la diarrhée liquide aiguë qui se déclarent dans des sites d’abris temporaires surpeuplés et en raison de l’inaccessibilité de certaines régions touchées. Le Bureau régional de la santé (RHB), avec l’UNICEF et CARE, a procédé à un traitement chimique de l’eau et fourni du matériel d’assainissement et le RHB a déployé des équipes sanitaires mobiles pour prodiguer les soins de santé de base.

Par ailleurs, le niveau des principaux cours d’eau dans les régions Gambela et Somali est à son maximum, ce qui indique une possibilité d’inondation, indique un rapport du Bureau des affaires humanitaires de l’ONU (OCHA).

Dans la région Gambela, les fleuves Baro, Akobo, Gilo et Alwero enflent, ce qui pose des risques d’inondation supplémentaires dans les woredas Jor, Lare, Itang, Akobo, Jikawo et Wanthowa, situés en aval. Une surveillance des inondations reste en vigueur dans cette région et la préparation et la planification de la réaction se poursuivent, sur la base du Plan régional d’urgence et de réaction.

Entre autres mesures de préparation, la sixième distribution d’aide alimentaire a été prépositionnée par le Secteur de la sécurité alimentaire et de la gestion des risques (DRMFSS) et le PAM, tandis que l’UNICEF a prépositionné trois bateaux pour appuyer les efforts de recherche et de secours potentiels et aider au transport des secours vers les régions inaccessibles.

Dans la région Somali, le niveau du fleuve Wabishebelle est anormalement élevé pour cette période de l’année, ce qui indique la possibilité d’inondation précoce des bassins de Gode et d’Afder.

Des inondations provoquées au début du mois d’août par de fortes averses avaient déjà déplacé plus de 11 000 personnes dans la région Amhara, entraînant des glissements de terrain qui avaient fait 19 morts, selon OCHA.

Des inondations causant d’énormes dégâts dans différentes parties du pays, avaient fait il y a trois ans, près de 6 000 morts.

OCHA a en outre averti que près de 300 000 personnes pourraient être affectées en septembre car des pluies torrentielles continuent de s’abattre sur plusieurs régions du pays.

Sources : Afrique en ligne, 7 septembre 2010
Agence de Presse Africaine, 7 septembre 2010

Plus de 270 000 personnes menacées par les inondations


Warning: Use of undefined constant wpurl - assumed 'wpurl' (this will throw an Error in a future version of PHP) in /homepages/19/d223858152/htdocs/wordpress/wp-content/plugins/add-to-facebook-plugin/addtofacebook.php on line 53

Plus de 270 000 Ethiopiens seront menacés par les inondations qui peuvent avoir lieu le mois prochain suite aux prévisions de pluies supérieures à la normale, met en garde le Bureau de coordination des affaires humanitaires de l’ONU (OCHA), citant les autorités locales.

Selon OCHA, dix neuf personnes ont trouvé la mort, la semaine dernière, dans des glissements de terrain consécutifs à des pluies diluviennes dans la région Amhara, au nord de l’Ethiopie, alors que 12 000 personnes ont été déplacées. La plupart des victimes a péri dans un glissement de terrain provoqué par les fortes pluies qui se sont abattues sur la ville de Mersa (500 km au nord de la capitale d’Addis Ababa).

« Quelque 270 000 personnes pourraient être touchées par les inondations dans la région Amhara », a indiqué l’OCHA dans un communiqué, citant un plan d’urgence délivré par les autorités régionales.

Les inondations touchent souvent les plaines de l’Ethiopie pendant la saison des pluies qui s’étend de juin à septembre. Durant cette période on observe de fortes pluies, souvent orageuses accompagnées de violentes rafales de vent.

En 2006, des inondations survenues dans les mêmes régions avaient fait au moins 1 000 morts et plus de 300 000 sans-abri.

Le plan d’urgence appelle à consacrer 6,8 millions de dollars pour faire face à cette situation.

Source : Casafree, 31 août 2010

19 morts et plus de 20 blessés à la suite d’un glissement de terrain


Warning: Use of undefined constant wpurl - assumed 'wpurl' (this will throw an Error in a future version of PHP) in /homepages/19/d223858152/htdocs/wordpress/wp-content/plugins/add-to-facebook-plugin/addtofacebook.php on line 53

Au moins 19 personnes ont péri et plus de 20 autres blessées dans un glissement de terrain consécutif à des pluies diluviennes en Ethiopie, a annoncé mercredi la police locale.

Le glissement s’est produit tard dans la nuit de mardi, suite à de fortes pluies sur la ville de Mersa, dans la région Amhara, à environ 500 km au nord d’Addis Abeba.

Les fortes pluies, qui ont duré trois jours, ont également causé d’importantes inondations dans tout le nord du pays. Celles-ci ont nécessité l’évacuation de plus de 8 000 personnes. Les inondations ont notamment touché les woredas Dawa Chefa, Artuma Fursi et de Bishee Edida.

Les autorités locales ont indiqué que 53 237 maisons ont été endommagées à des degrés divers dans les zones Oromia, Wollo Nord, Wollo Sud, Gondar Nord, Gondar Sud et Choa Nord de la région Amhara, ainsi que 6 132 hectares de terres cultivées ont été envahies par les crues.

En Ethiopie, la saison pluvieuse commence généralement à la mi-mai, pour se terminer à la mi-septembre, avec cependant quelques zones du pays qui sont arrosées dès le début de février et d’avril.

Au cours des dernières semaines, plusieurs personnes ont été tuées du fait de fortes pluies accompagnées de la foudre et de violents coups de vents qui ont causé des coupures d’électricité à l’intérieur et aux alentours d’Addis Abeba, dont la population est estimée à près de cinq millions d’habitants.

Sources : Agence de Presse Africaine, 26 août 2010
Casafree, 27 août 2010

« Précédent - Suivant »

web development