Archives de la catégorie 'Transports'

« Le métro d’Addis est le plus confortable
que j’ai jamais vu »

Addis Abeba a inauguré le 20 septembre sa première ligne de métro urbain, 17 km du nord au sud qui seront très bientôt doublés par un trajet est-ouest. 60 000 passagers par jour sont attendus. Reportage dans des wagons bondés.

Metro, Tramway, Addis Abeba, Ethiopie, Ethiopia

Ce lundi 21 septembre au matin, Addis Abeba ressemblait à un gigantesque parc d’attraction dans lequel on inaugure un nouveau manège : du nord au sud de la ville, d’immenses files d’attente pour acheter son ticket, une attente fébrile, et enfin, le grand frisson. La capitale éthiopienne vient de lancer sa première ligne de métro urbain (un équivalent du tramway), et c’est forcément un évènement après trois ans de travaux (menés par China Railway Engineering Corporation) et de désagréments pour la circulation en ville.

« Je suis là juste pour le fun », sourit Getachew, la vingtaine, qui n’est jamais monté dans un quelconque wagon. Comme lui, tous les passagers du jour semblent là pour la découverte. Et heureusement, car ce « light train », comme on dit ici, doit encore trouver son rythme de croisière. Alors qu’une fréquence de six minutes est annoncé, il faut patienter presque une demi-heure entre chaque rame. Et pour rallier le terminus de Menelik II Square, au nord, jusqu’au Stadium, en plein centre-ville, c’est une demi-heure aussi – en spectaculaire surplomb de la ville sur cette portion.

Mais le trajet devrait bientôt être plus court. Car pour ce démarrage, les wagons sont bondés, et chaque station est l’occasion d’une foire d’empoigne entre ceux qui veulent monter et ceux qui veulent descendre. Des policiers tentent de mettre un peu d’ordre, mais ils sont débordés par l’enthousiasme des passagers. « Ecartez-vous ! Un autre train va arriver », crie désespérément le conducteur chinois (aucun Ethiopien n’était visible aux commandes le 21 septembre) pour pouvoir refermer les portes.

Lire la suite…

Tramway : Addis Abeba roulera chinois

par Olivier Caslin

Addis Abeba, la capitale éthiopienne, a signé avec le fabricant chinois CNR Corporation pour la fourniture de 41 tramways. Prévu pour entrer en service début 2015, le futur réseau urbain comprendra deux lignes de 17 km chacune.

Circulation, Transports, Addis Abeba, Ethiopie, Ethiopia

C’est une première sur le continent : les tramways qui équiperont Addis Abeba seront d’origine chinoise. Le fabricant CNR Corporation a annoncé le 17 mars dernier avoir signé un contrat avec la municipalité de la capitale éthiopienne pour fournir 41 tramways à partir de la fin 2014. Constitués de trois rames et pouvant rouler à une vitesse de 70 km/h maximum, les véhicules seront adaptés aux conditions locales, notamment concernant la résistance des matériaux aux rayons ultraviolets, parmi les plus forts de la planète. Ils seront équipés de vitres teintées pendant que le toit sera dessiné pour faire face aux pluies torrentielles qui arrosent l’Ethiopie durant la saison humide.

Démarrage du service en 2015

CNR Corporation n’a pas indiqué le montant du contrat, mais la fourniture de ces véhicules rentre dans l’enveloppe de 475 millions de dollars annoncée par le gouvernement éthiopien lors du lancement des travaux en juin 2012. Prévu pour démarrer ses services début 2015, le futur réseau urbain sera constitué de deux lignes de 17 km chacune capables de transporter un maximum de 60 000 passagers par jour.

Les travaux ont été confié à la China Railway Engineering Corporation (CREC) et le projet est financé à hauteur de 87 % par l’EximBank of China, le solde étant à la charge du gouvernement local.

Source : Jeune Afrique, 25 mars 2014

Portrait de la seule femme pilote d’Ethiopian Airlines

par Grégoire Pourtier

Amsale Gualu

Ecouter le reportage

A 35 ans, elle est l’une des très rares femmes à être pilote d’avion en Afrique, qu’elle parcourt dans tous les sens car la compagnie éthiopienne dessert 43 aéroports sur tout le continent. Mais Amsale ne veut être ni une exception ni un modèle : elle vit simplement sa passion, est fière d’avoir atteint le summum de son métier et pense que les passagers sont de moins en moins gênés d’avoir une femme aux commandes dans le cockpit.

Source : RFI, 16 mars 2013

Les transports publics veulent associer GPS et billetterie électronique

La compagnie éthiopienne de transport public, Anbessa City Bus Service Enterprise, étudie comment la technologie GPS reliée à un système de billetterie électronique peut être appliquée à ses autocars.

Bus, Ethiopie, Ethiopia

Les dirigeants de la société doivent encore s’accorder sur le pays à visiter pour acquérir le savoir faire nécessaire, quoique l’Inde semble être le choix le plus probable, selon le directeur général d’Anbessa, Bedlu Assefa, à côté de la Corée du Sud et de l’Afrique du Sud.

Déjà utilisée dans les systèmes de transport public de certains pays développés, la billetterie électronique est un mode opératoire où les utilisateurs paient en scannant un ticket automatisé sur un lecteur électronique installé à l’intérieur des bus. Grâce à la technologie GPS, les fournisseurs de services peuvent disposer d’informations sur l’emplacement de bus.

Pour mettre en place le système de billetterie électronique, Anbessa City Bus Service Enterprise devra installer des lecteurs de cartes sur l’ensemble de ses 450 véhicules, un serveur pour conserver les données des billets vendus et des centres de recharge de cartes dans les quatre terminus.

La société a déjà planifié, dans son budget 2011/2012, l’acquisition d’une telle technologie pour un montant de 10 millions de birrs (579 000 dollars).

Source : Ecofin, 4 janvier 2012

Les taxis collectifs d’Addis Abeba

par Gaëlle Laleix

Addis Abeba, Taxis, Minibus, Ethiopie, Ethiopia

Ecouter le reportage

Addis Abeba a décidé il y a quelques jours de réguler son trafic de taxis collectifs. Les minibus sont maintenant obligés d’emprunter des routes fixes, définies par la capitale éthiopienne. On appelle ça le zoning. Les prix ont également été réglementés en fonction des distances parcourues. Mais pour l’heure, cette rationalisation a du mal à se mettre en place.

Source : RFI, 9 juin 2011

Contravention commise, plaque minéralogique enlevée

Les automobilistes enfreignant le code de la route en Ethiopie voient leur plaque minéralogique enlevée par la police locale, une méthode qui ne laisse aucune chance au contrevenant d’échapper au paiement de l’amende.

Addis Abeba, Circulation, Traffic, Voitures, Automobiles, CarsPartout dans les boulevards et rues de la capitale éthiopienne Addis Abeba, les agents de police se baladent avec les plaques minéralogiques qu’ils ont déboulonnées des voitures dont les propriétaires ont commis des contraventions.

En fin de journée, ces plaques sont déposées aux commissariats de police relevant de l’arrondissement où l’agent de police exerce, en attendant que le contrevenant s’acquitte du montant de l’amende qui varie entre 80 et 160 Birr selon la constatation de l’agent verbalisateur.

Le règlement immédiat entre les mains de l’agent verbalisateur de l’amende forfaitaire minorée est interdit, le contrevenant étant dans l’obligation de se rendre au poste de police pour s’acquitter de la totalité la pénalité.

L’Ethiopie, un des pays les plus pauvres du monde, compte chaque année plus de 2 500 morts dans les accidents de la route, faisant de l’insécurité routière un fléau national bien que le parc autos soit très faible.

Les causes de cette hécatombe restent liées à des facteurs humains et techniques, mais aussi à l’état déplorable du réseau routier. Le non respect du code de la route conjugué à l’état vétuste des véhicules sont autant de facteurs à l’origine d’un drame quotidien qui ne fait que s’aggraver.

Source : Aufait Maroc, 13 avril 2011

Construction de plus de 71 000 km de routes rurales durant les 5 prochaines années

L’Autorité éthiopienne des routes (ERA) prévoit la construction de plus de 71 000 km de routes rurales durant les cinq prochaines années, pour un coût de 1,57 milliard de dollars (26 milliards de Birr), rapporte dimanche l’Agence de presse éthiopienne ENA.

Selon le Directeur de communication à ERA, Sanson Wondimu, seules 5 903 parmi les 15 000 localités rurales du pays sont reliées au réseau routier.

Plus de 490 petites et moyennes entreprises vont fournir les équipements nécessaires pour la construction de ces routes rurales, a-t-il indiqué, rappelant que le gouvernement a élaboré un programme de routes rurales pour connecter toutes les localités rurales du pays au réseau routier national.

L’ERA va consacrer un budget de 7,27 milliards de dollars (120 milliards de Birr) pour la construction des routes durant les cinq prochaines années.

Selon son Directeur général, Zaid Woldegebriel, les projets routiers qui seront réalisés par l’Autorité sont estimés à 85 milliards de Birr (1 dollar = 16,5 Birr), le reste sera concrétisé par des compagnies étrangères.

Le budget de l’Autorité éthiopienne des routes devrait atteindre 9 milliards de dollars durant les cinq prochaines années, en vue de permettre à l’Autorité de réaliser les grands projets routiers programmés, notamment la construction d’environ 82 500 kilomètres de routes.

Le Programme de développement du secteur routier en Ethiopie vise à améliorer la fiabilité des infrastructures de transport routier en élargissant et en entretenant la voirie, et en renforçant la capacité institutionnelle pour une meilleure qualité et une efficacité accrue des opérations de construction, de gestion et d’entretien des routes.

La réalisation de la plus grande partie des projets routiers en Ethiopie est confiée à des constructeurs chinois, alors que le financement provient surtout de prêts de la Banque mondiale, qui soutient l’extension du réseau routier du pays.

Source : Casafree, 3 janvier 2011

Ethiopian Airlines envisage un chiffre d’affaires de 10 milliards de dollars d’ici 2025

La compagnie éthiopienne Ethiopian Airlines va mettre en place un plan stratégique visant à atteindre un chiffre d’affaires de 10 milliards de dollars d’ici 2025.

Selon le nouveau président du Conseil de gestion de la compagnie, Addisu Legesse, ce plan stratégique d’une durée de 15 ans permettra à Ethiopian Airlines de développer ses prestations, d’augmenter le nombre de ses clients et de ses vols à travers le monde et de contribuer à la réalisation des objectifs du Plan quinquennal de Croissance et de Transformation (GTP), lancé en septembre dernier par le gouvernement éthiopien.

M. Legesse a remplacé dans ce poste l’ancien ministre des affaires étrangères, Seyoum Mesfin, nommé récemment ambassadeur de l’Ethiopie à Pékin.

En vertu de ce plan stratégique, Ethiopian Airlines prévoit de transporter annuellement un total de 13 millions de passagers vers 92 destinations de par le monde et à bord de 70 avions à réaction, a révélé le nouveau chef de la direction de la compagnie, Tewelde Gebremariam.

Le plan prévoit également d’assurer, annuellement, le transport de 5 millions de passagers domestiques à destination de 26 villes éthiopiennes et à bord de 27 avions turbo, a-t-il précisé.

Créée en décembre 1945, Ethiopian Airlines est le fruit d’une entreprise commune conçue par le gouvernement éthiopien et la compagnie américaine Transworld Airlines (TWA).

Ethiopian Airlines, qui développe sa desserte de façon régulière, a fait de l’aéroport Bolé International d’Addis Abeba, rénové en 2003, un hub aéroportuaire entre l’Europe, le Moyen-Orient et l’Afrique.

La compagnie, qui dispose d’une flotte composée de 42 avions, est la troisième compagnie africaine à devenir membre de l’alliance des compagnies aériennes “Star Alliance”, après les compagnies égyptiennes Egypt Air et sud-africaines South African Airways.

Accréditée à la certification de la norme de sécurité IOSA (IATA Operational Safety Audit), la compagnie éthiopienne possède un des plus grands réseaux du continent africain. Définie comme une “compagnie africaine de classe internationale”, Ethiopian Airlines a été désignée meilleure compagnie aérienne Africaine de l’année 2006.

Source : Casafree, 3 janvier 2011

La BAD accord un prêt de 125,6 millions de dollars pour le projet de corridor routier entre le Kenya et l’Ethiopie

La Banque africaine de développement (BAD) a accordé un prêt de 125,6 millions de dollars à l’Ethiopie pour la réalisation du projet de corridor routier Mombasa-Nairobi-Addis Ababa, rapporte mercredi le quotidien local The Ethiopian Herald.

Ce projet prévoit la construction et le bitumage de 438 km de route, y compris le tronçon de 245 km Merille River-Marsabit-Turbi au Kenya et le tronçon de 193 km reliant Hagere Mariam-Yabelo-Mega en Ethiopie, la construction d’infrastructures socioéconomiques le long de la route et la construction d’un poste frontière à guichet unique.

Il vise l’amélioration des transports entre le Kenya et l’Ethiopie dans l’intérêt des deux pays et de la région. Une fois achevé, ce projet devrait réduire les coûts de transport et d’expédition entre les deux pays, réduire les délais de transit des importations et des exportations et accroître le volume des marchandises éthiopiennes qui transitent par le port de Mombasa au Kenya, ajoute la publication.

Par ailleurs, ce projet va promouvoir le commerce et l’intégration régionale, le développement du commerce intra-régional entre l’Ethiopie et le Kenya, d’une part, et dans l’Est et la Corne de l’Afrique, d’autre part.

Ce projet s’inscrit dans la droite ligne des Stratégies de réduction de la pauvreté de ces deux pays ainsi que des stratégies d’assistance du Groupe de la Banque. La deuxième Stratégie nationale de réduction de la pauvreté 2005-2010 de l’Ethiopie, désigné sous le nom de “Plan de développement accéléré et durable en vue de l’élimination de la pauvreté” (PASDEP), accorde une haute priorité au développement de l’infrastructure à l’appui de l’industrialisation et de la commercialisation de l’agriculture.

Conçu pour lever les obstacles au développement résultant de la médiocrité de l’infrastructure de transport et du manque de liaisons inter-régionales, le projet cadre bien avec la stratégie de la Banque 2008-2012 à moyen terme pour la promotion du développement de l’infrastructure et l’intégration régionale.

Source : Casafree, 17 juin 2010

Prêt koweïtien de 24 millions de $ à l’Ethiopie pour la construction de routes

L’Ethiopie et le Koweït ont signé mardi à Addis Abeba un accord de prêt de 24 millions de dollars pour financer des projets de construction de routes dans le pays.

Le ministre d’Etat éthiopien des Finances et du développement économique, Ahmed Shide, et le directeur général adjoint du Fonds koweitien pour le développement économique arabe (FKDEA), Hamad Al-Omar ont signé l’accord.

Selon cet accord, le prêt servira à financer le projet routier entre Nekemté et Bédélé (97 km), dans le but d’améliorer la circulation entre l’ouest de la région Oromia et la capitale Addis Abeba, d’une part et avec les régions voisines, d’autre part. Ce projet devrait se terminer dans trois ans.

Source : Agence de Presse Africaine, 17 mars 2010

Suivant »

web development