L’UNICEF au secours des enfants de la Corne de l’Afrique

Malgré les pluies, 40 000 enfants sont encore menacés de mort. Et ce sont des centaines de milliers d’enfants qui sont malnutris parmi les communautés de bergers nomades de la Corne de l’Afrique. En lançant son rapport “SOS Enfants : Corne de l’Afrique”, l’UNICEF et sa directrice adjointe Rima Salah, indiquent que la pluie a en fait aggravé la crise dans certaines régions et apporté une aide limitée dans d’autres.

En dépit des pluies torrentielles du mois d’avril, des dizaines de milliers d’enfants de bergers sont toujours confrontés à la mort, dans l’une des régions les plus inhospitalières du monde.

En lançant son rapport “SOS Enfants : Corne de l’Afrique”, ainsi qu’un appel pour les 54 millions de dollars manquant encore sur les 80 réclamés, l’UNICEF et sa directrice adjointe Rima Salah, indiquent que la pluie a en fait aggravé la crise dans certaines régions et apporté une aide limitée dans d’autres.

« Cette sécheresse a tué jusqu’à la moitié des têtes de bétail des bergers de la Corne de l’Afrique », a expliqué Rima Salah, « La pluie ne les ramènera pas. Un berger sans troupeau est comme un fermier sans grain – ce n’est plus un berger, juste un homme qui se bat pour trouver de la nourriture, de l’eau saine, un abri et un moyen de gagner de l’argent pour garder ses enfants en vie ».

Ces dernières années, la Corne de l’Afrique a été saignée par des sécheresses de plus en plus graves. En 2000, dans cette région, près de 100 000 personnes sont mortes pendant une sécheresse. La grande majorité des personnes affectées est constituée des 16 millions de bergers nomades qui se déplacent sur les frontières du Kenya, de la Somalie et de l’Ethiopie. Environ la moitié d’entre eux a été sérieusement touchée et a besoin d’assistance, notamment 1,6 million d’enfants de moins de 5 ans.

Les principaux points soulevés par le rapport “SOS Enfants” sont les suivants :

– Environ 40 000 enfants sont si malnutris qu’ils sont menacés de mort dans les mois qui viennent.

– Les pluies n’ont fait qu’empirer la crise dans de nombreuses régions, tuant le bétail, apportant la malaria et autres maladies, emportant les nouvelles récoltes et polluant les rares points d’eau.

– La grande majorité des enfants affectés est constituée par ceux de l’immense communauté de bergers de la Corne.

– Le cycle répété de crises dans la Corne peut être stoppé en établissant un accès à des services itinérants assistant les bergers en fonction de leur mode de vie.

« La pénurie alimentaire a toujours été caractéristique de la vie dans cette région difficile », a ajouté Rima Salah. « Mais pour les aider à quitter ces crises régulières, nous devons penser comme les bergers, plutôt que d’insister pour qu’ils s’adaptent aux services sédentaires qui leur sont offerts habituellement. Si les gens peuvent vivre et élever du bétail dans les zones désertiques d’autres parties du monde, ils peuvent le faire aussi dans la Corne. Ils l’ont fait pendant des milliers d’années ».

L’UNICEF, d’autres agences des Nations unies et des partenaires dans la région ont déjà commencé à adapter leurs programmes pour mieux répondre au mode de vie des bergers. Citons deux exemples : les centres itinérants de nutrition thérapeutique pour les jeunes enfants et le financement et la formation d’enseignants qui peuvent voyager avec des familles quand elles se déplacent à travers la région à la recherche d’eau et de nourriture pour leur troupeau.

Avec seulement 26 millions de dollars pourvus sur les 80 réclamés, moins d’un tiers de l’appel de l’UNICEF a été financé par les donateurs.

 

Lire le rapport “SOS Enfants : Corne de l’Afrique” de l’UNICEF

 

Source : UNICEF, 15 mai 2006

Trackback this Post | Feed on comments to this Post

Laissez un commentaire sur cet article

web development