Le renforcement des capacités du secteur public, indispensable pour la réalisation du Plan de Croissance

Le Premier ministre éthiopien, Meles Zenawi, a souligné que le renforcement des capacités du secteur public est indispensable pour la réalisation du Plan de Croissance et de Transformation, lancé par le gouvernement.

Dans son intervention mardi devant le Parlement, M. Zenawi a affirmé que son gouvernement ne ménagera aucun effort pour renforcer les capacités du secteur public et accroître la capacité économique des différents segments de la société.

En ce qui concerne la hausse des prix due à la dévaluation de la monnaie locale, le Premier ministre éthiopien a indiqué que la modification du système de commercialisation serait la priorité du gouvernement afin d’être en mesure de contrôler la hausse des prix des produits locaux.

Début septembre dernier, la Banque centrale éthiopienne a procédé à la dévaluation de 20 % de la monnaie locale, le birr, par rapport aux devises étrangères, notamment le dollar et l’euro, une mesure qui a eu de lourdes répercussions sur l’économie nationale et surtout sur le pouvoir d’achat des citoyens.

Le gouvernement éthiopien s’est lancé dans la mise en œuvre d’un plan quinquennal de développement, baptisé “Plan de croissance et de Transformation”, visant à promouvoir l’économie nationale et à hisser l’Ethiopie dans la catégorie des pays à revenu intermédiaire.

D’après le rapport sur les “Perspectives économiques en Afrique 2010”, l’Ethiopie est une économie qui progresse rapidement avec une croissance à deux chiffres sur la période 2003-2008, ajoutant que depuis 2007-2008, le pays doit faire face à deux difficultés macro-économiques : l’inflation élevée et la pénurie des réserves internationales.

Ainsi, la croissance économique de l’Ethiopie devrait reculer à 9,7 % en 2009-2010 du fait des modestes prévisions de reprise économique mondiale.

Toutefois, cette croissance économique reste solide, puisque le taux de croissance du PIB en volume a été de 9,9 % en 2008-2009 contre 11,6 % en 2007-2008, estiment les auteurs du rapport, précisant que ce taux de croissance élevé s’explique surtout par « l’essor des services et la bonne progression de l’agriculture soutenus par un nombre d’exportations de services et une augmentation de l’aide publique au développement ».

L’Ethiopie est l’un des pays les plus pauvres au monde dans la mesure où près de 77 % de la population vivent avec moins de 2 dollar par jour. Plus de 50 % de la population éthiopienne souffrent de malnutrition chronique et la moitié seulement a accès à l’eau potable.

Le pays est classé au 170ème rang mondial sur les 177 que compte l’Indicateur de développement humain des Nations Unies (IDH) et l’espérance de vie est estimée à 53 ans.

Source : Casafree, 20 octobre 2010

Trackback this Post | Feed on comments to this Post

Laissez un commentaire sur cet article

web development