Forte croissance de l’économie éthiopienne

L’économie éthiopienne a maintenu un taux de croissance impressionnant de 11,18 % pendant quatre années consécutives, appuyé par un taux de croissance dans les investissements de 31,5 %, a indiqué le ministre des Finances, Sufian Ahmed, pendant la présentation d’un rapport devant le Parlement.

M. Ahmed a affirmé jeudi que la politique de privatisation et la promulgation de lois qui ont permis d’attirer les investisseurs étrangers sont en partie à l’origine de cette croissance.

La croissance éthiopienne a dépassé les attentes de la communauté internationale qui craignait que l’économie éthiopienne en pleine croissance ne subisse un ralentissement à 6 % cette année en raison de la crise économique mondiale.

L’existence de politiques d’investissement favorables, l’accélération de la privatisation et l’accroissement des infrastructures sont les principaux facteurs qui ont contribué à la croissance de l’investissement, a souligné le ministre.

L’économie éthiopienne qui a connu une croissance rapide a été appuyée par la croissance du secteur du transport, la compagnie aérienne nationale Ethiopian Airlines représentant la principale source de revenus.

Cependant, l’économie éthiopienne dont la croissance était supposée décliner en raison de la baisse des exportations de café demeure sur le chemin de la croissance.

Selon les chiffres relatifs à la croissance présentés jeudi au Parlement, l’économie, longtemps considérée comme dépendant de l’agriculture, a connu une accélération en raison d’une croissance globale des investissements locaux et extérieurs excédant 31,5 %.

L’accroissement des investissements a fait que ce secteur représente 24 % du Produit intérieur brut (PIB).

Le secteur agricole national dominé par les exportations de café a connu une croissance de 8,5 %.

Le secteur industriel a également joué un rôle important dans la croissance locale avec une croissance de 9,9 %.

L’épargne nationale en relation avec le PIB s’élève à 20,7 % en 2010 soit une hausse par rapport à la croissance de 20 % en 2009 et de 19 % en 2008.

Source : Afrique en ligne, 5 juin 2010

Trackback this Post | Feed on comments to this Post

Laissez un commentaire sur cet article

web development