Warning: Use of undefined constant wp_cumulus_widget - assumed 'wp_cumulus_widget' (this will throw an Error in a future version of PHP) in /homepages/19/d223858152/htdocs/wordpress/wp-content/plugins/wp-cumulus/wp-cumulus.php on line 375
Quand l'Ethiopie se met au vélo | Toi qui viens d'Ethiopie...

Quand l’Ethiopie se met au vélo


Warning: Use of undefined constant wpurl - assumed 'wpurl' (this will throw an Error in a future version of PHP) in /homepages/19/d223858152/htdocs/wordpress/wp-content/plugins/add-to-facebook-plugin/addtofacebook.php on line 53

Philippe Le Gars

Cyclisme, Cyclistes, Ethiopie, EthiopiaLes coureurs du Tour du Rwanda quittent le parc des volcans Virunga et la grande réserve des gorilles de montagne. Diane Fossey la célèbre éthologue américaine qui a consacré sa vie à l’étude et à la protection des gorilles est enterrée ici. La descente aujourd’hui vers Muhanga l’une des villes les plus touchées par le génocide en 1994 est truffée d’ascensions et de longues descentes à travers les plantations de bananiers, de thé ou de café. On oscille entre 1 500 et 2 500 mètres d’altitude. Un terrain qui plait aux Ethiopiens qui ont fait tout récemment leur entrée sur la scène cycliste africaine.

On se demande bien pourquoi avec un tel physique de grimpeur, ils ont attendu si longtemps alors que leurs frères marathoniens dominent le monde. Ici au Rwanda, ils n’ont même pas de maillots floqués aux couleurs de leur pays. Une simple tunique rouge toute vierge de publicité, et achetée au dernier moment avant de s’envoler pour le Rwanda fait l’affaire. Contrairement à la plupart des pays africains ils n’ont pas participé aux championnats continentaux qui avaient lieu en Erythrée, début novembre. A cause de la guerre qui oppose encore les deux pays. On raconte que le gouvernement éthiopien a tout fait ces derniers temps pour développer le cyclisme, surtout pour rivaliser avec l’Erythrée qui domine ce sport en Afrique depuis deux ans. Cette guerre dépasse bien sûr les coureurs des deux pays qui se côtoient et s’apprécient.

Les Erythréens eux, ne sont pas venus au Rwanda cette année, l’Ethiopie y a vu une belle aubaine pour se faire connaître à son tour. Les six Ethiopiens engagés sur ce Tour du Rwanda étaient tellement impatients qu’on les a tous retrouvés dans la première échappée, après seulement quelques kilomètres de course lors de la première étape. Malheureusement leur fougue ne paye pas, ils manquent encore d’expérience et de science de la course pour réussir comme leurs rivaux d’Erythrée. Mais leurs facilités notamment en montagne fait l’admiration de tous et laisse présager un avenir plus rayonnant. Aujourd’hui, il y en avait encore un dans l’échappée finale, Weldemikael Weyo. Trop naïf, il est tombé dans le piège du sprinter américain Kiel Reijnen qui lui a demandé de prendre des relais. Weldemikael a cru bien faire. Mais sur la ligne d’arrivée, il n’y avait plus de place pour les sentiments. Et surtout plus de force pour participer au sprint remporté bien sûr par l’Américain.

Source : L’Equipe, 23 novembre 2011

Trackback this Post | Feed on comments to this Post

Laissez un commentaire sur cet article

web development