Le pays veut inscrire la première mosquée d’Afrique au patrimoine mondial

L’Ethiopie a lancé une série d’activités pour que la première mosquée d’Afrique -Al Negashi-, également dénommée “seconde Mecque” devienne, dans les toutes prochaines années, une grande destination touristique et un site inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO.

Le ministre éthiopien de la Culture et du Tourisme, Mahamuda Ahimed Gaas, a déclaré qu’il allait initier d’autres activités pour faire de la mosquée et de la ville du Roi Ahmed Negashi, situées dans la région Tigré à environ 900 km au nord d’Addis Abeba, une destination touristique.

Le ministre a expliqué que le travail de conception pour la construction d’un centre est en cours, pour faire de la zone une destination touristique. Un complexe comprenant un hôtel moderne, une université islamique, ainsi qu’un institut de recherches, verra bientôt le jour, a confié le ministre à une radio locale.

La mosquée porte le nom d’un roi éthiopien qui avait accueilli des réfugiés musulmans, il y a de cela environ 1 400 ans.

Cette mosquée est considérée comme un symbole de la bonne coexistence entre les religions en Ethiopie. Cette action du Roi avait permis au Prophète Mohamed d’affirmer que l’Ethiopie était un pays de fraternité et de solidarité. Le centre dispose déjà d’un terrain de 110 000 m2 pour la construction des diverses installations.

L’arrivée de l’Islam en Ethiopie date de l’an 615 lorsque les premiers Musulmans, dont l’épouse du Prophète Mohamed, se sont réfugiés en Ethiopie pour s’installer à Negash, une petit village situé à 60 km à l’est de Mékélé, la capitale de la région Tigré.

Les Koureichs avaient ensuite envoyé des émissaires pour les ramener en Arabie, mais le Roi d’Ethiopie à l’époque avait rejeté leur demande.

Le Prophète avait lui-même instruit ses disciples réfugiés en Ethiopie de respecter et de protéger ce pays, et de vivre en paix avec les Chrétiens éthiopiens. Construite au 7ème siècle après J.-C. et et considérée par plusieurs comme l’un des lieux les plus sacrés de l’Islam, cette mosquée est appelé, à juste titre “la seconde Mecque”.

Negash, dérivé du nom du Roi Armah “Al Negashi”, est un lieu d’une grande importance historique et religieuse en ce sens qu’il est le symbole de la coexistence pacifique entre Musulmans et Chrétiens.

Même si Negash est considéré comme l’une des places les plus saintes en Ethiopie, il y a également d’autres importants lieux de pèlerinage pour les Musulmans, telles que les Caves d’Omar Sof et la Tombe de Cheikh Hussein et bien sûr Harar, la quatrième ville la plus importante de l’Islam, avec ses 90 mosquées.

Source : Jeune Afrique, 12 janvier 2009

Voir aussi :

L’Ethiopie, terre de la première mosquée d’Afrique
Musulmans et chrétiens orthodoxes d’Ethiopie à l’unisson pour célébrer leur foi

Trackback this Post | Feed on comments to this Post

Laissez un commentaire sur cet article

web development