Warning: Use of undefined constant wp_cumulus_widget - assumed 'wp_cumulus_widget' (this will throw an Error in a future version of PHP) in /homepages/19/d223858152/htdocs/wordpress/wp-content/plugins/wp-cumulus/wp-cumulus.php on line 375
Les rebelles de l’Ogaden libèrent leurs sept otages chinois | Toi qui viens d'Ethiopie...

Les rebelles de l’Ogaden libèrent leurs sept otages chinois


Warning: Use of undefined constant wpurl - assumed 'wpurl' (this will throw an Error in a future version of PHP) in /homepages/19/d223858152/htdocs/wordpress/wp-content/plugins/add-to-facebook-plugin/addtofacebook.php on line 53

Les sept otages chinois détenus depuis le 24 avril par un groupe séparatiste éthiopien dans l’Ogaden (est de l’Ethiopie) ont été libérés dimanche sous les auspices du Comité international de la Croix-rouge (CICR), ont indiqué le gouvernement éthiopien et les ravisseurs.

« Sept Chinois et deux Ethiopiens travaillant dans l’exploration pétrolière, qui avaient été kidnappés par l’auto-proclamé Front national de libération de l’Ogaden (ONLF), ont été libérés aujourd’hui (dimanche) dans l’après-midi », a indiqué le ministère éthiopien de l’Information dans un communiqué.

Un porte-parole de l’ONLF contacté à Londres, Abderahmane Mahdi, avait auparavant annoncé à l’AFP que les neufs otages avaient été remis au CICR.

« Les sept Chinois, ainsi qu’un Somali de la région de l’Ogaden et un Ethiopien qui travaillaient pour les Chinois, ont été remis au CICR. Ils sont en bonne santé », avait déclaré par téléphone M. Mahdi.

Les neuf civils « ont été libérés à 14h30 heure locale (11h30 GMT) sous les auspices du CICR », a indiqué le Comité international de la Croix-rouge dans un communiqué. Ils « se portent bien vu les circonstances », a précisé le porte-parole du CICR à Addis Abeba, Patrick Mégevand.

Ils avaient été capturés lors de l’attaque meurtrière mardi à l’aube d’une installation pétrolière opérée par la compagnie pétrolière Zhongyuan Petroleum Exploration Bureau, une filiale de la China Petroleum and Chemical Corp (Sinopec).

L’ONLF avait immédiatement revendiqué cette attaque contre ce site d’exploration pétrolière qui a coûté la vie à 9 employés chinois et à 68 ouvriers éthiopiens.

Le CICR a expliqué que les otages lui avaient été remis « dans le sud-ouest de l’Ethiopie par l’ONLF ». « Le CICR a facilité la libération et le retour en toute sécurité de ces personnes jusqu’à Degehabur (principale ville de la région, ndlr) où elles ont été reçues par des représentants des autorités éthiopiennes et où elles doivent passer la nuit », a ajouté l’organisation.

« Demain (elles) se rendront avec des représentants des autorités éthiopiennes et chinoises à Addis Abeba », conclut le communiqué du CICR.

C’est « à la demande des autorités éthiopiennes, chinoises et des séparatistes que nous avons facilité la libération de ces personnes », a précisé à l’AFP M. Mégevand.

Addis Abeba avait auparavant expliqué que la libération des otages avait été « obtenue par les efforts conjoints d’autorités traditionnelles de l’éthnie Somali et du CICR ».

« Un cessez-le-feu a été mis en place entre nous et l’armée éthiopienne depuis hier (samedi) minuit jusqu’à aujourd’hui (dimanche) minuit pour faciliter la libération » des otages, a indiqué de son côté le porte-parole de l’ONLF confirmant que le CICR avait « fait la médiation entre toutes les parties ».

Vendredi, un haut responsable éthiopien avait affirmé que l’armée éthiopienne encerclait trois caches présumées des rebelles séparatistes. Ceux-ci avaient prévenu qu’ils « résisteraient » à toute tentative de libération par la force.

Dans des communiqués envoyés après l’attaque de mardi, l’ONLF avait dit souhaiter remettre « le plus vite possible » les travailleurs chinois au CICR « sans contrepartie ».

Dans une « lettre ouverte » adressée aux autorités chinoises, l’ONLF avait aussi affirmé que « les citoyens chinois n’étaient pas la cible de (leur) attaque ».

Les rebelles ont appelé Pékin « à cesser toute coopération avec le gouvernement éthiopien dans la région en matière de prospection pétrolière, jusqu’à ce qu’il y ait une forme de gouvernement autonome légitime en Ogaden ».

L’ONLF refuse que des compagnies pétrolières s’installent dans l’Ogaden et demande, depuis sa création en 1984, l’autonomie de cette région située le long de la frontière avec la Somalie, pays en guerre civile depuis seize ans où l’armée éthiopienne intervient depuis fin 2006.

Source : Jeune Afrique, 29 avril 2007

Trackback this Post | Feed on comments to this Post

Laissez un commentaire sur cet article

web development