Archives du mot-clé 'Banque'

Banque : L’embellie éthiopienne profitera-t-elle à tous ?

par Jacey Fortin

Un développement économique radieux et l’absence de concurrence internationale… Le secteur bancaire bénéficie d’un paysage plus que favorable. Mais les acteurs du privé peinent à trouver leur place.

Commercial Bank of Ethiopia, Banque, Ethiopie, Ethiopia

L’Éthiopie affiche, depuis quelques années, une croissance économique parmi les plus fortes du continent. D’après la Banque mondiale, le pays enregistrera jusqu’en 2017 le taux de progression de PIB le plus élevé au monde, avec une moyenne annuelle de 9,6 %. Le visage d’Addis Abeba, la capitale du pays, change sans cesse avec de nombreuses constructions et l’inauguration, mi-septembre, de la première ligne de tramway d’Afrique subsaharienne.

Parmi les grands gagnants de cette embellie économique, les banques. Les dépôts sont en hausse permanente, les marges bénéficiaires dépassent la moyenne continentale, et « le rendement des actifs et le retour sur capitaux propres ont respectivement montré une performance confortable, à 3,1 % et 44,6 % », selon un rapport du FMI datant de l’année dernière.

Lire la suite…

Ecobank : Et maintenant, l’Éthiopie !

En s’installant en Éthiopie, le groupe bancaire panafricain Ecobank est désormais présent dans 35 pays au sud du Sahara.

Ecobank peaufine sa couverture géographique. Le groupe bancaire panafricain, qui vient de débuter ses activités au Soudan du Sud, a annoncé le 25 octobre l’ouverture officielle de son bureau de représentation en Éthiopie. Ecobank est désormais présent dans 35 pays d’Afrique subsaharienne, en attendant son installation au Mozambique, l’un des rares pays de la zone où il n’est pas présent. « Nous avons obtenu une licence pour exploiter un bureau de représentation en juillet 2013, souligne le groupe dans un communiqué de presse. Le bureau de représentation est situé dans le quartier Ber Yerer d’Addis Abeba, proche de l’aéroport et du centre-ville. Il démarrera ses opérations avec une équipe de trois personnes. » James R. Kanagwa, ancien responsable de la banque domestique à Ecobank Ouganda, a été nommé à la tête du bureau.

Les banques locales éthiopiennes ainsi que les multinationales, les organisations internationales et non gouvernementales ayant des activités dans ce pays d’Afrique de l’Est pourront désormais accéder aux services de correspondant d’Ecobank, ainsi qu’à ses activités de financement du commerce à travers l’Afrique et en Europe via la filiale de Ecobank à Paris, EBI SA. Le groupe commercialisera aussi quelques-uns de ses produits phares de la banque de détail. La banque d’affaires du groupe, Ecobank Development Corporation, pourrait également intervenir notamment dans le cadre de la politique gouvernementale souhaitant favoriser les investissements étrangers dans les secteurs agricole et manufacturier. Toutefois, elle ne pourra pas collecter de dépôts (en raison de son statut de bureau de représentation).

Nouveau marché

« L’Éthiopie a émergé comme l’un des plus intéressants parmi les nouveaux marchés en Afrique et devrait être la troisième plus forte croissance économique du monde entre 2011 et 2015, derrière la Chine et l’Inde », a commenté le directeur général du groupe Ecobank, Thierry Tanoh. Avec 92 millions d’habitants et un taux de bancarisation très bas (autour de 10 %), l’Éthiopie est un marché prioritaire pour les banques internationales mais celles-ci ne peuvent y opérer que dans le cadre de bureaux de représentation, le secteur étant réservé aux nationaux. Selon le site de la Banque centrale éthiopienne, 19 banques opèrent dans le pays. Le géant public Commercial Bank of Ethiopia domine très largement. Mais quelques banques privées détenues par des Éthiopiens se développent très vite (comme Dashen Bank ou Awash International Bank).

La banque sud-africaine Standard Bank, très présente en Afrique anglophone, a également annoncé son intention d’ouvrir un bureau de représentation à Addis Abeba.

Source : Jeune Afrique, 25 octobre 2013

Lancement de la première banque initiée par les femmes

Enat Bank, la première banque des femmes en Ethiopie, a été lancée mardi à Addis Abeba, la capitale du pays.

Initiée par onze femmes éthiopiennes et avec environ 7 400 actionnaires, la banque a été mise au service de tous en mettant l’accent sur les femmes. Meaza Ashenafi, la présidente du conseil d’administration de la Banque, a déclaré à Xinhua que 64 % des actionnaires sont des femmes.

Mme Meaza a révélé que la Banque a été lancée avec un capital initial de 120 millions de birrs éthiopiens, qui sera porté à 500 millions de birrs éthiopiens dans deux ans. La présidente a déclaré qu’ils vont étendre les services de la banque en ouvrant d’autres branches dans les différentes parties du pays et aussi à travers la banque mobile.

S’exprimant lors de la cérémonie de lancement, Mekonnen Manyazewal, le ministre éthiopien du Commerce, a indiqué que la banque qui a été lancée par les Ethiopiennes apportera sa contribution aux activités de développement dans le pays.

Source : Afreeknews, 6 mars 2013

Ouverture de la première banque dédiée aux femmes

La première banque dédiée aux femmes éthiopiennes (Enat Bank) va démarrer ses services et prestations en décembre prochain, a annoncé sa présidente, Mme Meaza Ashenafi.

Lors d’une conférence de presse, tenue vendredi à Addis Abeba, Mme Ashenafi a souligné que cette banque est la première de son genre en Ethiopie dans la mesure où elle contribuera à accroître la capacité de génération de revenus des femmes éthiopiennes, à développer leurs compétences professionnelles et techniques et à promouvoir les associations féminines en général.

Enat Bank, qui va achever le processus de la vente de ses actions le 9 décembre prochain, envisage de mettre en œuvre une stratégie de sensibilisation qui engloberait les segments de la population qui ne sont pas actuellement atteint par le système d’exploitation bancaire en Ethiopie, a-t-elle fait savoir.

Elle a également souligné que cette structure contribuera à la mise en œuvre du Plan quinquennal de Croissance et de Transformation (GTP), lancé en septembre dernier par le gouvernement, et jouera un rôle crucial dans la promotion des investissements de la population féminine dans le pays.

Le Plan de croissance et de Transformation vise, entre autres, à promouvoir l’économie nationale et à hisser l’Ethiopie dans la catégorie des pays à revenu intermédiaire.

Le secteur bancaire en Ethiopie n’est pas encore ouvert à la concurrence internationale car le système bancaire du pays n’est pas encore assez solide pour faire face à la concurrence internationale.

Source : Tunisie Soir, 30 octobre 2010

Vers la création d’une banque islamique

La Banque centrale éthiopienne (NBE) devra approuver une directive qui ouvrira la voie à la création de la première banque islamique dans le pays, rapporte dimanche l’hebdomadaire local Capital.

Par cette directive, la NBE accorde son agrément aux banques commerciales installées dans le pays pour effectuer des opérations en excluant notamment l’intérêt usuraire interdit par la Charia islamique, ajoute la publication.

« Les banques existantes peuvent effectuer des transactions sans intérêt, et les citoyens Ethiopiens sont en mesure d’établir une banque engagée exclusivement dans les opérations bancaires sans intérêt », précise la directive.

La banque islamique, qui devra respecter le précepte coranique interdisant l’intérêt usuraire, dégage ses profits en partageant pertes et profits et en répartissant le risque entre elle et le client.

Le secteur bancaire en Ethiopie n’est pas encore ouvert à la concurrence internationale, du fait que le système bancaire du pays n’est pas encore assez solide pour faire face à la concurrence internationale.

Les banques éthiopiennes sont dominées par une bureaucratie tuante et des procédures lentes qui freinent le développement de ce secteur et prive les clients de beaucoup d’avantages en termes de services.

Source : Casafree, 6 septembre 2010

Le cadeau de Zemen Bank à ses clients

La bonne tenue du secteur bancaire profite aux clients éthiopiens. Zemen Bank est devenue la 1ère banque commerciale à offrir aux déposants 0,5 point de base de plus sur l’épargne que le taux de 4 % imposé par la Banque centrale.

La direction de la banque a pris cette décision, sans précédent dans le marché, après les derniers résultats de l’exercice 2010 (fin juin) qui ont produit un bénéfice net record. Zemen Bank est bien désireuse de partager les dividendes non seulement avec ses 2 800 actionnaires, mais aussi avec les milliers de déposants qui ont des comptes d’épargne avec des fonds de plus de 25 000 birrs.

Source : Les Afriques, 16 juillet 2010

web development