Archives du mot-clé 'Banque mondiale'

La Banque mondiale accorde 4 milliards $
de prêts bonifiés à l’Ethiopie

L’Ethiopie, qui enregistre une croissance durable à deux chiffres, a obtenu de la Banque mondiale un prêt bonifié de 4 milliards $ décaissable sur les 4 prochaines années afin de créer davantage d’emplois, renforcer la compétitivité de son économie et réduire la pauvreté qui touche une large partie des 85 millions d’habitants.

Ahmed Shide

L’accord de financement a été signé par Ahmed Shide, ministre des Finances et du Développement économique, et par Guang Zhe Chen, directeur de la Banque mondiale pour l’Ethiopie.

Le ministre Ahmed Shide a indiqué que l’Ethiopie s’appuiera sur ce prêt et les reformes associées pour maintenir son taux croissance du PIB à 11 % et de réduire le taux de pauvreté à 22,2 % d’ici 2015.

Guang Zhe Chen, directeur de la Banque mondiale pour l’Ethiopie, a déclaré : « La décision de la Banque mondiale pour octroyer ce prêt prend en compte les performances impressionnantes de l’Ethiopie dans l’utilisation efficace des prêts pour fournir des services publics essentiels à la population. »

Sur les 10 dernières années le taux de croissance du PIB éthiopien était deux fois supérieur à celui de la région Afrique subsaharienne qui est de 5,2 % en moyenne.

Source : Ecofin, 3 janvier 2013

La Banque mondiale veut stimuler la lutte contre la pauvreté en Ethiopie

La Banque mondiale a approuvé un crédit sans intérêt de 1,15 milliard de dollars américains pour aider l’Ethiopie à promouvoir le commerce régional, soutenir l’éducation et embaucher des enseignants supplémentaires et des dizaines de milliers d’agents de santé et de l’agriculture, ont déclaré mercredi les responsables de la banque.

La Banque mondiale a approuvé une stratégie nationale d’aide qui vise à améliorer la prestation des services dans les institutions de l’Etat. Cette dernière a été approuvée par le conseil d’administration de la Banque tenu à New-York, aux Etats-Unis.

La récente facilité de prêt représente près d’un tiers de l’aide annuelle accordée à l’Ethiopie qui représente un montant de quatre milliards de dollars par an.

Les crédits sans intérêt appuient les services essentiels destinés aux populations locales pauvres. La Banque mondiale a indiqué que les fonds permettront de développer les réseaux routiers pour aider à promouvoir le commerce régional et améliorer les déplacements internes.

Le directeur du Bureau de la Banque mondiale pour l’Ethiopie, Guang Zhe Chen, a déclaré que le plan de lutte contre la pauvreté contribuera au progrès rapide enregistré par l’Ethiopie en vue d’atteindre la plupart des Objectifs du millénaire pour le développement, en fournissant un financement pour aider à améliorer les services essentiels tels que l’éducation, la santé, la production alimentaire, l’eau et l’assainissement.

Lancé en 2006, le programme a permis d’embaucher plus de 100 000 nouveaux enseignants des écoles primaires, plus de 38 000 agents de vulgarisation sanitaire et quelque 45 000 agents de vulgarisation agricole.

Le programme a également favorisé la transparence et l’engagement citoyen en publiant ses budgets et ses fiches de performance dans 84 % des districts dans lesquels il opère et encourage une plus grande responsabilité sociale.

Les bailleurs de fonds ont récemment félicité l’Ethiopie pour avoir fait passer son taux de mortalité chez les enfants de moins de 5 ans de 123 pour 1 000 naissances vivantes en 2005 à 88 pour 1 000 naissances vivantes en 2010.

La Banque mondiale a déclaré qu’elle soutiendra les progrès impressionnants du gouvernement éthiopien dans le développement du réseau routier; le Projet éthiopien du secteur des transports va investir 415 millions de dollars pour mettre à niveau cinq routes principales qui joueront un rôle important dans la croissance économique de l’Ethiopie à moyen et à long termes.

Source : Afrique en ligne, 27 septembre 2012

L’Ethiopie et la Banque Mondiale signent un accord de plus de 300 millions d’euros

L’Ethiopie et la Banque Mondiale ont paraphé mardi à Addis Abeba un accord de coopération d’un montant de 330 millions d’euros pour appuyer les projets de développement de l’Ethiopie.

Selon les termes de cet accord, le financement de la Banque mondiale est destiné à soutenir le plan quinquennal de transformation et de croissance lancé récemment dans le but de mobiliser des fonds substantiels afin de relancer les secteurs agricole, sanitaire et énergétique.

Le financement de la Banque mondiale sera consacré à la revitalisation de ces secteurs clés dans les cinq prochaines années. Dans la même veine, cette enveloppe financière permettra à l’Ethiopie de mettre en œuvre son projet d’énergie géothermique.

Environ 288 millions d’euros ont été alloués à l’Ethiopie sous forme de prêt, tandis que le restant du montant global est une subvention en appui à ses initiatives.

Source : Agence de Presse Africaine, 19 octobre 2010

La Banque mondiale alloue 150 millions de dollars à l’Ethiopie pour l’agriculture

La Banque Mondiale (BM) a approuvé le financement de 150 millions de dollars pour le développement du secteur de l’Agriculture en Ethiopie, selon un communiqué de l’organisation financière transmis vendredi à l’AFP.

Ce financement issu des fonds de l’Association pour le développement international (IDA, un fonds de la BM) vise à « soutenir l’augmentation de la productivité agricole, développer l’accès au marché pour des productions agricole stratégiques et les produits de l’élevage et améliorer la sécurité alimentaire ».

La BM note que « l’agriculture en Ethiopie est le principal contributeur à la croissance économique du pays et à la réduction de la pauvreté. Elle représente 45 % du PIB, presque 90 % des produits exportés et 84 % de la population active ».

Peuplée de 80 millions d’habitants, l’Ethiopie est l’un des pays les plus pauvre du monde. Selon la BM, « 39,3 % de la population rurale vit en dessous du seuil de pauvreté ».

Source : Les Echos, 1er octobre 2010

480 millions de dollars de la Banque mondiale pour combattre l’insécurité alimentaire en Ethiopie

La Banque mon­diale a an­non­cé ven­dre­di avoir al­loué une sub­ven­tion et un cré­dit de 480 mil­lions de dol­lars des­ti­nés à lut­ter contre l’in­sé­cu­ri­té ali­men­taire en Ethio­pie, a ap­pris APA de bonne source à Ad­dis ​Abe­ba.

L’an­nonce a été faite suite à l’appel à l’aide ali­men­taire d’ur­gence lancé jeudi par l’Ethio­pie pour nour­rir 6,2 mil­lions de per­sonnes qui dé­pendent de l’aide ali­men­taire du fait de l’in­suf­fi­sance des pré­ci­pi­ta­tions et la mau­vaise ré­colte de cette année.

« Le conseil d’ad­mi­nis­tra­tion de la Banque mon­diale a ap­prou­vé au­jourd’hui une sub­ven­tion de 350 mil­lions de dol­lars et un cré­dit de 130 mil­lions de dol­lars de l’As­so­cia­tion in­ter­na­tio­nale pour le dé­ve­lop­pe­ment des­ti­nés au gou­ver­ne­ment éthio­pien », pré­cise le com­mu­ni­qué.

Il s’agit de sou­te­nir un pro­gramme no­va­teur qui consiste à aider des mil­lions de fa­milles à sor­tir de la pau­vre­té ex­trême en les ai­dant à at­teindre la sé­cu­ri­té ali­men­taire, ajoute le texte.

Ce fi­nan­ce­ment est pour la troi­sième phase du gou­ver­ne­ment dans le cadre du pro­gramme éthio­pien dé­nom­mé Filet de sé­cu­ri­té pour ga­ran­tir un ni­veau mi­ni­mal de pro­duc­tion agri­cole (PSNP), qui four­nit des trans­ferts à 7,6 mil­lions de ci­toyens des ré­gions ru­rales dans 292 wo­re­das des ré­gions Afar, Am­ha­ra, Oromia, Somali et Tigré, ainsi qu’à Diré Dawa et Harar.

Les fa­milles par­ti­ci­pant au pro­gramme éthio­pien PSNP sont les plus pauvres et souffrent d’in­sé­cu­ri­té ali­men­taire dans leurs com­mu­nau­tés.

Elles gagnent un trans­fert par mois en tra­vaillant sur des pro­jets de tra­vaux pu­blics pen­dant six mois chaque année, in­dique une source fi­nan­cière proche du dos­sier.

La même source in­dique que le pro­gramme offre des sub­ven­tions di­rectes aux par­ti­ci­pants ayant la ca­pa­ci­té phy­sique de tra­vailler, sou­li­gnant que les trans­ferts sont pré­vi­sibles et en­voyés à temps pour per­mettre aux fa­milles de se pré­pa­rer à ex­pri­mer leurs be­soins ali­men­taires et pré­ve­nir la vente de biens pro­duc­tifs », pré­cise la banque, par­te­naires au dé­ve­lop­pe­ment de l’Ethio­pie.

Le PSNP bé­né­fi­cie de l’appui d’un consor­tium de do­na­teurs, à sa­voir les gou­ver­ne­ments du Royaume-​​Uni, du Ca­na­da, de l’Ir­lande, des Pays-​Bas, de la Suède et des Etats-​​Unis, ainsi que de l’Union eu­ro­péenne et du Pro­gramme ali­men­taire mon­dial (PAM).

Source : Afrique Avenir, 24 octobre 2009

La Banque mondiale accorde à l’Ethiopie 35 millions de dollars pour le développement du tourisme

La banque a déclaré que le crédit a été accordé pour permettre au tourisme de contribuer au développement global tout en préservant et renforçant les actifs social, culturel et environnemental.

« Le secteur du tourisme éthiopien, qui représente environ 15 % des recettes en devises, représente la troisième source de recettes d’exportation et a un potentiel de croissance important », a déclaré la banque.

Depuis 2005, le gouvernement a accordé une attention accrue pour le secteur et aspire à faire de l’Ethiopie l’une des 10 premières destinations touristiques d’Afrique d’ici l’an 2020, précise la banque.

L’objectif du projet de développement durable du tourisme est d’améliorer la qualité et la variété des produits et services touristiques dans des destinations de manière à augmenter le volume du tourisme, les recettes en devises et l’emploi. Le projet sera mis en œuvre par le Ministère de la Culture et du Tourisme, sur une période de cinq ans.

Source : Réussir, 3 juillet 2009

540 millions de dollars de la Banque mondiale pour les services

Les administrateurs de la Banque mondiale ont approuvé un financement de 540 millions de dollars de l’IDA (Association international de développement) pour la seconde phase du Programme de protection des services de base en Ethiopie.

Débuté en 2006, il tend à soutenir les efforts du pays dans ses prestations décentralisées de services de base dans plusieurs secteurs : éducation, santé, agriculture, eau et assainissement, et routes rurales.

Source : Le MOCI, 25 mai 2009

50 millions de dollars de la BM pour améliorer la qualité de l’éducation en Ethiopie

La Banque mondiale (BM) a annoncé mercredi que son conseil d’administration avait approuvé 50 millions de dollars de crédit pour aider à financer un Programme d’amélioration la qualité de l’enseignement général (GEQIP) en Ethiopie.

La Banque mondiale a indiqué que le « crédit est la première partie d’un Programme de prêt adaptable en deux phases et augmentera en effet le ratio d’investissement collectif de 417 millions de dollars de ressources supplémentaires de la part du gouvernement et d’autres partenaires au développement ».

Environ 15,9 millions d’élèves dans les écoles primaires et secondaires bénéficieront du programme, avec environ 225 000 enseignants.

L’Éthiopie est un des rares pays africains susceptibles d’atteindre les Objectifs du millénaire pour le développement (OMD) dans le secteur de l’éducation d’ici à 2015 et a entrepris un investissement de plusieurs millions de dollars sur l’éducation depuis ces dernières années.

« Entre 2000 et 2007, le taux brut de scolarisation dans l’enseignement primaire est passé de 62 % à 91 % et le taux net de scolarisation de 52 % à 78 % », a souligné la Banque mondiale, un des partenaires clés de l’Éthiopie dans le secteur éducatif.

Au niveau de l’enseignement supérieur, le taux de croissance annuel moyen, qui était de 28,5 % depuis 2002, s’est soldé par une augmentation du taux de scolarisation, de 58 000 en 2002 à 203 000 en 2007.

Cependant, le secteur de l’éducation en Ethiopie est confronté à un certain nombre de défis à relever, notamment l’accès inéquitable à l’éducation pour les filles et d’autres groupes vulnérables, en particulier dans les régions éloignées, entre autres.

Le GEQIP appuiera les améliorations dans l’enseignement et les conditions d’apprentissage dans les écoles primaires et secondaires et dans le renforcement des capacités de gestion prévisionnelle et budgétaire du ministère éthiopien de l’éducation.

Le crédit est offert avec une commission d’engagement de 0,10 % par an et des frais de service de 0,75 % par an (sur le solde créditeur décaissés) au cours d’une période de 40 ans de maturité avec une période de grâce de 10 ans.

Source : Agence de Presse Africaine, 18 décembre 2008

La Banque mondiale appuie l’électrification rurale en Ethiopie

La Banque mondiale (BM) a approuvé un don de 8 millions de dollars (6,2 millions d’euros) à l’Ethiopie pour le développement du réseau de distribution électrique en milieu rural, a annoncé l’institution dans un communiqué parvenu à l’AFP.

Ce don, financé par la Grande-Bretagne et la Suède, s’inscrit dans le cadre du Programme éthiopien d’accès universel à l’électricité (UEAP).

Jusqu’à 228 571 foyers pauvres vont bénéficier de ce projet qui prévoit l’utilisation de lampes compactes fluorescentes qui doivent permettre une réduction de 55 % de la consommation électrique de ces ménages et réduire leurs factures.

Source : Les Afriques, 7 novembre 2008

La Banque mondiale approuve un crédit de 225 millions de dollars pour soutenir le secteur routier

Le Conseil d’administration de la Banque mondiale a approuvé, jeudi, un crédit de l’Association internationale de développement (IDA) de 225 millions de dollars pour soutenir les efforts continus de l’Ethiopie de restauration et d’extension de son réseau routier.

Le nouveau crédit est destiné à financer la troisième partie du projet de développement du secteur routier, lequel fait partie du programme mis en œuvre par le gouvernement pour accroître la fiabilité de l’infrastructure du transport routier en Ethiopie en construisant et en entretenant des routes, indique un communiqué de la Banque.

S’inscrivant dans le cadre du Plan de l’Ethiopie pour un développement accéléré et soutenu pour éradiquer la pauvreté (PASDEP), le programme du gouvernement s’est fixé pour objectifs la construction d’environ 11 000 km de nouvelles routes fédérales et de 5 500 km de nouvelles routes régionales, outre l’entretien de plus de 4 000 km de routes fédérales et régionales.

Selon la stratégie poursuivie par le gouvernement en matière de réduction de la pauvreté, le développement du secteur routier représente une priorité, compte tenu de son importance dans le développement du commerce, de l’agriculture et de l’industrie.

La troisième partie du projet de développement du secteur routier en Ethiopie prévoit notamment la construction et la réadaptation de 509 km de routes principales et secondaires et de 70 km de routes régionales.

Source : Le Matin, 1er juin 2007

Suivant »

web development