Archives du mot-clé 'Etats-Unis'

Les Etats-Unis inaugurent une nouvelle enceinte diplomatique à Addis Abeba

Les Etats-Unis ont inauguré lundi à Addis Abeba, en Ethiopie, leur nouvelle enceinte diplomatique, que le Secrétaire d’Etat adjoint américain James Steinberg a qualifié de symbole important de l’engagement de l’Amérique dans une amitié durable avec l’Ethiopie.

M. Steinberg, a inauguré l’enceinte en présence du vice-Premier ministre et ministre des Affaires étrangères éthiopien, Hailemariam Desalegn, et du vice-président de l’Union Africaine, Erastus Mwencha, ainsi que de la directrice adjointe du Bureau des opérations de construction de bâtiments à l’étranger (OBO), Lydia Muniz, de l’ambassadeur des Etats-Unis en Ethiopie, Donald E. Booth, et de l’ambassadeur des Etats-Unis auprès de l’Union Africaine Michael E. Battle.

Selon le Département d’Etat américain, la nouvelle enceinte diplomatique à Addis Abeba est la 77ème réalisée par le Bureau chargé des opérations de construction de bâtiments à l’étranger (OBO) depuis l’adoption en 1999 de la Loi anti-terroriste et sur la sécurisation des bâtiments abritant les ambassades.

Ces douze dernières années, l’OBO a transféré plus de 22 000 personnes dans des bâtiments plus sûrs. L’OBO a construit 30 nouveaux bâtiments en Afrique et a sept projets supplémentaires en conception ou en construction sur le continent.

La nouvelle enceinte diplomatique, située juste en dessous de la colline d’Entoto et qui surplombe Addis Abeba a été conçu pour préserver la faune et la flore qui existent sur ce site depuis plusieurs années.

L’enceinte intègre dans ses plans des techniques de construction vertes et fait partie des premières constructions à bénéficier du label LEED (système nord-américain de standardisation des bâtiments à haute qualité environnementale) en Ethiopie.

Le complexe de plusieurs bâtiments fournit à environ 1 000 agents expatriés et locaux, dont le personnel de la Mission américaine auprès de l’Union africaine, plus de 19 000 mètres carrés d’espace de travail.

Le coût total estimé du projet, qui a créé des emplois tant aux Etats-Unis qu’en Ethiopie, est de 157 millions de dollars. Il a été achevé en août 2010.

Source : Afrique en ligne, 2 février 2011

La NASA va aider l’Ethiopie dans la mise en place d’un programme de prévention des changements climatiques

L’administration américaine de l’aéronautique et de l’espace (NASA) va aider l’Ethiopie dans la mise en place d’un programme intégré de prévention des risques du changement climatique, à travers des activités de prévisions météorologiques et de protection de l’environnement, a annoncé, vendredi, l’Autorité éthiopienne de protection de l’environnement (EPA).

Selon le directeur de l’EPA, Desalegn Mesfin, l’Autorité envisage de conclure des accords de partenariat avec diverses institutions de recherche, y compris la NASA, en vue de renforcer les capacités en matière de prévention des risques de changement climatique et de l’échange d’information.

Ces accords permettront le transfert de technologie et de connaissances entre l’Autorité, l’Université d’Addis Abeba et l’Université américaine Johns Hopkins, a-t-il fait savoir.

Le changement climatique représente une grande menace pour la croissance et le développement durable en Afrique, le continent qui contribue le moins aux émissions globales de gaz à effet de serre (GES).

Pourtant, l’Afrique est particulièrement vulnérable aux effets du changement climatique, notamment à cause de sa dépendance à l’égard des rendements de l’agriculture sous pluie, de la pauvreté et du manque de capacités.

Les trois quarts des pays d’Afrique sont situés dans des zones où il suffirait d’une faible réduction des précipitations pour engendrer d’importantes diminutions de la disponibilité globale en eau.

D’ici à 2020, entre 75 et 250 millions de personnes seront exposées à une augmentation des crises liées à l’eau.

Un Africain, en moyenne, génère 13 fois moins de GES qu’un Nord-américain et le continent est responsable de moins de 4 % des émissions de GES produites dans le monde.

Source : Aufait Maroc, 29 octobre 2010

Accord de partenariat entre l’Ethiopie et les USA pour lutter contre le Sida

L’Ethiopie et les Etats-Unis ont signé, mercredi à Addis Abeba, un accord de partenariat pour lutter contre le VIH/Sida dans le cadre du plan américain d’aide d’urgence à la lutte contre le Sida dans le monde (PEPFAR).

Signé par le ministre éthiopien de la Santé, Teodros Adhanom et l’ambassadeur américain en Ethiopie, Donald E. Booth, cet accord, étalé sur cinq ans (2010-2014), prévoit de développer le plan stratégique éthiopien pour une réponse multisectorielle au VIH/Sida.

En vertu de cet accord, les deux parties travailleront en étroite collaboration avec les organisations internationales, le secteur privé et des intervenants de la société civile pour enrayer la pandémie du Sida.

L’Ethiopie est l’un des pays ayant bénéficié le plus du PEPFAR, en recevant des contributions financières estimées à 1,52 milliard de dollars.

Les actions menées dans le cadre du PEPFAR visent à renforcer les systèmes de santé, à améliorer les offres de soins dans l’ensemble des centres de santé à travers le pays et à assister les personnes vivant avec le VIH/Sida.

Il s’agit également d’effectuer des tests de dépistage gratuits et de faire bénéficier les personnes infectées des traitements antirétroviraux (ARV).

D’après le gouvernement, 1,5 million d’Ethiopiens sont contaminés par le virus du sida, une estimation portée à 2,8 millions de personnes par l’Organisation mondiale de la santé (OMS). L’Ethiopie compte plus de 85 millions d’habitants.

Source : Casafree, 28 octobre 2010

L’aide américaine à l’Ethiopie s’élève à 983 millions de dollars en 2010

L’aide américaine à l’Ethiopie s’élève à 983 millions de dollars en 2010 et cible les principaux secteurs notamment la santé, l’éducation, l’agriculture, la sécurité alimentaire et la gouvernance, selon un communiqué de l’ambassade US à Addis Abeba.

« Outre les accords bilatéraux, le gouvernement américain accorde un soutien financier supplémentaire à l’Ethiopie de 582,4 millions de dollars pour promouvoir les programmes de sécurité alimentaire, celui de la protection des services de base (PBS) et les initiatives visant à développer les secteurs de la santé publique, de l’éducation, de la sécurité alimentaire et de la gouvernance, ce qui porte le financement de l’USAID à l’Ethiopie à 812 millions de dollars », précise le communiqué publié à l’occasion de la signature jeudi à Addis Abeba, d’un accord de don entre l’Ethiopie et l’Agence américaine pour le développement international d’un montant de près de 230 millions de dollars destiné à la mise en œuvre des programmes en cours en Ethiopie. « Ainsi, l’aide totale du gouvernement américain à l’Ethiopie s’élève à 983 millions de dollars en 2010 », ajoute le texte.

Signé par le ministre d’Etat des Finances et du développement économique, Ahmed Shide, et le directeur de l’USAID en Ethiopie, Thomas H. Staal, cet accord porte sur la mise en œuvre des programmes dans les domaines de la santé et l’éducation, ainsi que sur la promotion du secteur agricole en tant que moyen idoine pour prévenir la sécheresse en Ethiopie.

« Cet engagement du peuple américain est un investissement nécessaire dans l’éducation et les services de santé et permet d’améliorer les moyens de subsistance de millions d’Ethiopiens. En partenariat avec le gouvernement et le peuple de l’Ethiopie, et en coordination avec d’autres donateurs, les programmes de l’USAID visent à accélérer l’accomplissement des Objectifs du Millénaire pour le développement et à réaliser le développement durable de l’Ethiopie », a indiqué Thomas H. Staal.

L’Ethiopie est également l’un des pays ayant bénéficié le plus du plan américain d’aide d’urgence à la lutte contre le Sida dans le monde (PEPFAR) en recevant des contributions financières estimées à 1,1 milliard de dollars.

Les actions menées dans le cadre du PEPFAR visent à renforcer les systèmes de santé, à améliorer les offres de soins dans l’ensemble des centres de santé à travers le pays et à assister les personnes vivant avec le VIH/Sida, indique un communiqué de l’ambassade des Etats Unis en Ethiopie.

Il s’agit également d’effectuer des tests de dépistage gratuits et de faire bénéficier les personnes infectées des traitements antirétroviraux.

Source : Casafree, 24 septembre 2010

Aide de 128 millions de dollars à l’Ethiopie du Centre américain de prévention et de contrôle des maladies

Le Centre américain de prévention et de contrôle des maladies (CDC) a octroyé une aide de 128 millions de dollars pour la promotion des services de santé en Ethiopie, a annoncé mardi l’ambassade américaine à Addis Abeba.

Cette aide permettra de soutenir le Système de gestion de l’information de santé (SIMD), d’améliorer les prestations de santé pour les maladies du VIH/Sida et de la tuberculose et d’apporter un appui aux laboratoires et à la riposte aux épidémies, indique un communiqué de l’ambassade US.

Les indicateurs socio-économiques de l’Ethiopie font état d’une pauvreté très répandue, et d’importantes inégalités entre hommes et femmes. Seuls 46 % de la population ont accès aux infrastructures sanitaires.

On ne dénombre que quelque 4 médecins pour 100 000 habitants, seuls 24 % de la population ont accès à l’eau potable, et 15 % aux réseaux d’assainissement. Ces chiffres sont très inférieurs à la moyenne du continent. Ils reflètent aussi le fait qu’environ 1,6 % du PNB seulement est consacré au secteur de la santé en Ethiopie, contre 2,5 % en Afrique subsaharienne. A cela se conjuguent des problèmes de qualité des infrastructures et équipements, souvent délabrés, et le manque de médicaments essentiels.

Les Centres de prévention et de contrôle des maladies (CDC) forment ensemble la principale agence gouvernementale américaine en matière de protection de la santé publique et de sécurité publique. Ils y parviennent en fournissant une information crédible pour améliorer les décisions en matière de santé, et en promouvant la santé par le truchement de partenariats solides avec les départements de la santé des différents Etats et d’autres organisations.

Source : Casafree, 9 juin 2010

Un ancien livre de psaumes volé il y a 30 ans restitué à l’Ethiopie

Un livre de psaumes éthiopien vieux d’une centaine d’années et volé il y a trois décennies, a été restitué volontairement à l’Ethiopie par un collectionneur américain.

La précieuse relique de psaumes écrits en guèze, l’ancienne langue des Ethiopiens avant l’amharique, illustrés d’enluminures colorées de saints chrétiens, appartenait à l’empereur Menelik, au pouvoir de 1889 à 1913.

Le livre avait disparu il y a trente ans et a été récemment localisé par Steve Delamarter, un professeur américain en contact avec plusieurs collectionneurs de pièces d’art éthiopiennes vivant aux Etats-Unis.

« Gerald Weiner est le plus grand collectionneur d’antiquité éthiopiennes en Amérique du nord. Je suis allé le voir pour lui expliquer que les pièces venaient d’Ethiopie », a expliqué mercredi soir Steve Delamarter, enseignant l’Ancien testament à l’Université américaine George Fox, au cours d’une cérémonie de remise du livre à des responsables universitaires éthiopiens.

« A ma surprise, il a pensé que c’était une bonne idée et a décidé de faire preuve de bonne volonté », a-t-il poursuivi.

Selon des responsables éthiopiens, des milliers d’objets historiques éthiopiens sont encore détenus par des collectionneurs et des musées étrangers, notamment en Grande-Bretagne.

Source : La Croix, 3 juin 2010

Les USA inquiets suite aux élections

Le département d’Etat américain a fait part de sa préoccupation à la suite des élections de dimanche en Ethiopie et appelé le gouvernement éthiopien à renforcer les institutions démocratiques dans le pays. L’opposition éthiopienne, laminée par le parti au pouvoir aux élections législatives de dimanche, a exigé mercredi l’organisation d’un nouveau scrutin, demande que le Premier ministre Meles Zenawi a qualifiée de « complètement injustifiée ».

Dans une première réaction mardi, les Etats-Unis s’étaient dits « préoccupés », estimant que les élections législatives éthiopiennes ne correspondaient pas aux « normes internationales » requises en termes de régularité. Mercredi, le porte-parole du département d’Etat, Philip Crowley, est revenu à la charge.

« Nous avons une relation étendue et profonde avec l’Ethiopie, mais nous avons fait part, directement au gouvernement, de nos préoccupations concernant la démocratie et la gouvernance », a-t-il dit. « Les mesures que le gouvernement éthiopien prendra à la suite de ces élections auront une influence sur la direction que prendront à l’avenir les relations américano-éthiopiennes », a-t-il averti.

« Nous apprécions notre coopération avec le gouvernement éthiopien sur une série de sujets, dont la sécurité régionale, le changement climatique, par exemple », a poursuivi M. Crowley. « Nous allons donc continuer à tendre la main à ce gouvernement, tout en lui faisant clairement comprendre qu’il doit prendre des mesures pour améliorer les institutions démocratiques ».

Source : Le Figaro, 26 mai 2010

Washington inquiet de la “réduction de l’espace politique” en Ethiopie

Les Etats-Unis sont inquiets de la « réduction de l’espace politique » en Ethiopie, allié clé de Washington en Afrique de l’Est, a déclaré vendredi un haut responsable américain à Addis Abeba.

« Les Etats-Unis sont inquiets par ce que nous considérons comme une réduction de l’espace politique et de la possibilité pour les partis d’opposition d’opérer et agir comme les partis d’opposition doivent le faire », a déclaré Karl Wycoff, sous-secrétaire d’Etat adjoint pour l’Afrique de l’Est. « Il y a constamment des informations faisant état d’abus des droits de l’Homme », a poursuivi M. Wycoff en s’adressant à la presse.

Ce pays de la Corne de l’Afrique doit organiser des élections générales le 23 mai 2010, les premières depuis le scrutin contesté de 2005. Plus de 60 partis, dont le parti au pouvoir Front révolutionnaire et démocratique du peuple éthiopien (EPRDF), se sont mis d’accord sur un code de conduite à tenir pour les élections à venir.

Mais un important groupe de l’opposition, le Forum pour la démocratie et le dialogue (Medrek, en sigle amharique), qui regroupe huit formations de l’opposition non parlementaire, a estimé que ce code ne garantissait pas l’impartialité de la commission électorale. Ce groupe accuse aussi le gouvernement d’avoir arrêté certains de ses membres et partisans dans le but de décourager leur ardeur politique avant le scrutin de 2010.

Les responsables du gouvernement ont réfuté ces accusations à plusieurs reprises, affirmant que les personnes détenues avaient effectivement été reconnues coupables de délit et que leur arrestation n’avait rien à voir avec la politique.

M. Wycoff a indiqué qu’il devait rencontrer des membres de la commission électorale à qui il entend faire part des plaintes qui lui ont été adressées.

Très divisée, l’opposition avait rejeté les résultats de l’élection de 2005, appelant ses partisans à manifester, notamment à Addis Abeba. Les émeutes avaient été violemment réprimées par les autorités. Au moins 200 personnes étaient mortes dans les violences post-électorales, selon les autorités.

Source : AFP, 20 novembre 2009

40 millions de dollars de l’USAID pour combattre le paludisme en Ethiopie

L’Agence américaine pour le développement international (USAID) a annoncé jeudi une subvention de 40 millions dollars pour trois ans destinée au Fonds des Nations Unies pour l’Enfance (UNICEF) pour aider le ministère fédéral de la Santé de l’Ethiopie et le Bureau régional de la santé de la région Oromia à assurer la prévention, le diagnostic et le traitement anti-paludisme.

« Le programme intitulé “Soutenir le paludisme dans les interventions de réduction dans la région Oromia” augmentera l’accès aux tests efficaces et aux médicaments pour gérer les cas de paludisme et promouvoir la propriété des ménages et l’utilisation correcte des moustiquaires imprégnées d’insecticide », a indiqué le bureau de l’USAID en Ethiopie.

Par le biais de l’UNICEF, l’USAID fournira et distribuera 3,7 millions de tests rapides à utiliser par le personnel de santé et les agents de vulgarisation de la santé. L’agence américaine distribuera également 9,4 millions de médicaments pour traiter de manière complète les cas de paludisme confirmés dans la région Oromia.

Quelque 3,9 millions de moustiquaires seront également achetés et distribués grâce à d’autres partenaires tels que le Fonds mondial de lutte contre le Sida, la tuberculose et le paludisme (GFATM), la Banque mondiale (BM), le Centre Carter et d’autres partenaires.

« L’Ethiopie fait de grands progrès dans l’intensification de la prévention et du traitement du paludisme. Pour sauver des vies, il est nécessaire d’étendre les méthodes et les interventions avérées jusqu’à ce qu’elles atteignent les personnes à risque », a dit le directeur de mission de l’USAID Ethiopie, Thomas H. Staal.

L’Ethiopie est l’un des pays ciblés dans le cadre de l’Initiative du président des Etats-Unis d’Amérique contre le paludisme (PMI), qui vise à réduire de moitié le nombre de décès dus au paludisme dans 15 pays d’Afrique en utilisant les interventions antipaludiques à l’efficacité prouvée.

La PMI est un programme du gouvernement américain dirigé par l’USAID de concert avec le ministère de la Santé et des services comme le Centre américain pour le contrôle et la prévention des maladies (CDC, basé à Atlanta), le Département d’Etat, entre autres.

Le coordonnateur de l’initiative américaine contre la paludisme, l’amiral Tim Ziemer, le ministre éthiopien de la Santé, Dr. Tedros Adhanom, et le Chargé d’Affaires des Etats-Unis, l’ambassadeur Roger Meece, ont assisté à la signature de l’accord de subvention qui a eu lieu jeudi entre l’USAID Ethiopie et l’UNICEF.

Sur une population de 80 millions d’habitants, plus de 30 millions de personnes vivent dans les zones à risque de paludisme en Ethiopie.

Source : Agence de Presse Africaine, 13 novembre 2009

Un membre du gouvernement éthiopien décide de rester aux Etats-Unis

Le secrétaire d’Etat à la Communication, Ermias Legesse, a décidé de ne pas rentrer dans son pays après une mission officielle aux Etats Unis, a annoncé mercredi un haut responsable du gouvernement éthiopien.

Ermias Legesse« Il ne s’est pas présenté pour faire son rapport. Mais il n’y a rien de politique dans cette affaire », a affirmé ce responsable sous le couvert de l’anonymat. « Il a choisi de rester aux Etats Unis, il semble qu’il ait toujours rêvé de vivre là-bas », a-t-il ajouté.

Agé d’une trentaine d’années, M. Ermias occupe depuis le début de l’année le poste de secrétaire d’Etat au ministère de la Communication gouvernementale.

L’ambassade des Etats-Unis à Addis Abeba n’a pas souhaité commenter cette information. Une source diplomatique s’est bornée à indiquer que M. Ermias « était injoignable depuis plusieurs jours ».

M. Ermias, qui avait un visa de onze jours pour les Etats-Unis, a quitté l’Ethiopie dans la deuxième semaine de juin, selon des sources concordantes.

Source : AFP, 15 juillet 2009

Suivant »

web development