Archives du mot-clé 'France'

Une équipe cycliste d’Ethiopie souhaite s’installer en France

Une équipe de jeunes coureurs éthiopiens, qui a fait ses débuts en Europe cet été en Espagne, envisage de disputer des épreuves amateur en France en 2016. Elle pourrait même établir son quartier général en Franche-Comté, « l’endroit idéal pour notre projet », indique un représentant de l’équipe.

Cyclisme, Vélo, Sport, France, Ethiopie, Ethiopia

Les coureurs, une vingtaine au maximum, seront regroupés au sein de l’Ethiopia Academy-Ner Group, qui propose un programme éducatif en parallèle des compétitions sportives (cours de langues et d’informatique).

En 2015, les cinq coureurs ont fait leur baptême du feu en Europe sur des épreuves au Pays-Basque, au mois de juin. « En dix jours, ils ont fait d’énormes progrès », soulignent les responsables espagnols du projet. Tesmegen Buru se classe ainsi 10ème à Irun, le 29 juin. Ils ont aussi participé à des courses dans le sud-ouest de la France dont le Tour du Piémont Pyrénéen.

« La France présente des atouts sportifs et éthiques »

La saison prochaine, l’Académie entend « se renforcer », avec un calendrier plus long (de mars à septembre), un effectif d’environ 18 coureurs (issus du Guna Cycling Team, l’un des clubs majeurs en Ethiopie) et quatre encadrants (contre un seul en 2015).

L’encadrement pourrait comprendre quelques Espagnols, déjà très engagés dans le projet, à l’image d’Urtzi Murgia, 25 ans, ex-coureur de Bidelan-Kirolgi.

« Malgré les difficultés, nous allons continuer avec enthousiasme, explique l’un des représentants. Nous cherchons un endroit pour que nos jeunes puissent vivre et nous pensons que la France présente des atouts sportifs et éthiques très intéressants. Ce qui est indispensable pour un projet avant tout éducatif comme le nôtre ».

L’Ethiopie est l’une des nations émergentes du cyclisme, dont le meilleur représentant, Tsgabu Grmay, est actuellement professionnel chez Lampre-Merida.

Source : DirectVelo, 15 octobre 2015

Le château de Ras Mikael Sehul

par Grégoire Pourtier

Gondar, Château, Ras Mikael Sehul, Ethiopie, Ethiopia

Ecouter le reportage

Au nord d’Addis Abeba, la ville de Gondar fut la capitale de l’Ethiopie aux 17ème et 18ème siècles, comme en témoigne la fascinante cité royale regroupant six palais. Mais à moins de 300 mètres de là se dresse un autre château, celui de Ras Mikael Sehul, l’un des “faiseur de roi” de l’époque. Construit entre 1730 et 1755, il a depuis traversé l’histoire éthiopienne, quartier général italien pendant l’occupation, résidence de l’empereur Haïlé Selassié lors de ses passages en ville, ou lieu de torture lors du régime du Derg dans les années 1980. En cours de rénovation grâce à un partenariat avec la ville de Vincennes, elle aussi connue pour son château, il devrait rouvrir dans quelques mois sous forme de musée historique et culturel.

Source : RFI, 1er janvier 2013

Quelles sont les entreprises françaises implantées en Ethiopie ?

par Grégoire Pourtier

Logo, MEDEF

Ecouter le reportage

Une délégation d’une quinzaine d’entreprises du Medef a passé deux jours à Addis Abeba cette semaine (mardi 18 et mercredi 19 décembre). Seule une cinquantaine de sociétés françaises sont implantées jusqu’à présent en Ethiopie, dont une trentaine de taille très modeste. Là, ce sont surtout de grands groupes qui sont représentés, particulièrement dans les activités de transport et d’énergie, alors que le pays voudrait devenir un hub énergétique pour la région afin de compenser son enclavement terrestre. Ainsi, ce sont bien les entreprises françaises qui tentent de séduire, afin de s’imposer dans un pays qui connaît une croissance dépassant les 10 % depuis plusieurs années.

Source : RFI, 20 décembre 2012

L’Ethiopie domine complètement la 34e édition du marathon de Paris

Avec la victoire de Tadesse Tola et le doublé d’Atsede Baysa, déjà victorieuse en 2009, l’Ethiopie a dominé la 34ème édition du Marathon de Paris, disputée dimanche matin dans les rues de la capitale.

Tola, qui a couru en 2:06,41, a devancé les Kenyans Alfred Kering et Wilson Kipsang, qui ont respectivement terminé en 2:07,11 et 2:07,13. Tola reste toutefois loin du record de l’épreuve signé par le Kenyan Vincent Kipruto en 2:05,47 à l’occasion de son succès dans la précédente édition.

De son côté, sa compatriote Baysa a parcouru la distance en 2:22,04, pulvérisant de plus d’une minute le record de l’épreuve établi par la Belge Marleen Renders en 2002 (2:23,05).

La Française Christelle Daunay se hisse à la deuxème place et, avec un chrono en 2:24,22, bat son propre record de France réalisé sur cette même épreuve en 2009 (2:25,43).

Tola, dont le meilleur temps sur la distance était de 2:15,48, a surpris tout le monde à commencer par les nombreux Kenyans qui ambitionnaient de succéder à leur compatriote Kipruto. Discret au sein du peloton, l’Ethiopien a fourni son effort dans le Bois de Boulogne à trois kilomètres de l’arrivée, avenue Foch. Il n’était alors accompagné que du seul Kering, car Kipsang était déjà distancé.

L’Ethiopien s’est progressivement détaché alors que Kering, qui n’avait pas les moyens de suivre, pensait surtout à préserver sa deuxième place, contestée jusqu’au bout par Kipsang, revenu pour terminer à deux secondes de son compatriote.

De son côté, la grande favorite Baysa n’a pas eu à forcer son talent pour remporter son quatrième marathon depuis 2007 et son second d’affilée sur le bitume parisien. L’Ethiopienne de 23 ans s’est fait la belle à une dizaine de kilomètres de l’arrivée pour finir en un temps record.

Derrière, Daunay, longtemps distancée par l’Ethiopienne Tirfi Beyene Tsegaye, a réagi dans le Bois de Boulogne pour parvenir à doubler celle-ci et à s’emparer de la place de dauphine.

Source : La Presse Canadienne, 11 avril 2010

La France accorde plus d’1 million d’euros supplémentaires au PAM en Ethiopie

La France a accordé une aide de plus d’un million d’euros au Programme alimentaire mondial des Nations Unies (PAM) pour soutenir son programme alimentaire supplémentaire ciblé (TSF) en Ethiopie.

Selon le Directeur du PAM en Ethiopie, Mohamed Diab, cette contribution « intervient à point nommé » à un moment où le TSF rencontre des difficultés financières qui entravent la mise en œuvre de toutes ses composantes.

« Cette aide du gouvernement français permettra de nourrir une population estimée à 38 000 personnes en détresse alimentaire », a-t-il précisé.

Selon l’Office de coordination des affaires humanitaires de l’ONU (OCHA), l’Ethiopie a besoin d’une aide humanitaire urgente de 270 millions de dollars pour nourrir une population de 4,8 millions de personnes durant les six premiers mois de 2010.

Les populations nécessitant une aide alimentaire d’urgence sont réparties sur cinq régions de l’Ethiopie, à savoir les régions Somali (27 %), Oromia (20,8 %), Peuples du Sud (16 %), Amhara (19 %) et Tigré (12 %).

Le pays aura besoin de 529 148 tonnes de nourriture, précise l’organisation onusienne, soulignant que les populations menacées de famine ou de malnutrition a augmenté d’une manière significative.

D’après un rapport de la FAO, quelque 6,2 millions d’Ethiopiens souffrent de malnutrition, soit 44 % de la population de l’Ethiopie estimée à près de 80 millions d’habitants.

Les effets du phénomène météorologique El Nino, qui provoque habituellement des pluies torrentielles vers la fin de l’année, pourraient aggraver la situation : inondations et torrents de boue pourraient dévaster les cultures sur pied et dans les granges, aggravant ainsi les pertes de bétail et les dégâts aux habitations et aux infrastructures.

Source : Casafree, 18 mars 2010

Jean-Louis Borloo, éclaireur présidentiel en Éthiopie

Pour la deuxième fois en quinze jours, Jean-Louis Borloo, ministre de l’Écologie, est arrivé hier à Addis Abeba, capitale de l’Éthiopie.

Le pays, qui est une démocratie avec un président et un gouvernement dirigé par un Premier ministre, se prépare à des élections législatives en mai 2010. Ses cadres étant formés à l’étranger, l’Éthiopie constate avec regrets une fuite de sa matière grise et elle envisage une coopération avec la France pour les fixer sur son sol.

Il semble que l’École nationale d’administration française soit appelée pour monter une structure en Éthiopie, dans le but d’organiser le pays sur le modèle français. Ce qui serait un spectaculaire retour aux années 70 car les notes officielles étaient rédigées en français jusqu’en 1974.

Pour confirmer ce faisceau d’informations, l’Alliance française se prépare à fêter un siècle de présence en Éthiopie. On parle même d’ouvrir un second lycée français à Addis Abeba, le premier, considéré comme l’un des meilleurs d’Afrique, étant à saturation.

Le positionnement français en Éthiopie, signe fort d’une politique africaine nouvelle, pourrait trouver sa concrétisation dès mardi avec la visite de Nicolas Sarkozy. L’ambassade de France à Addis Abeba employait le conditionnel hier après-midi, tout en confirmant cette possibilité. En attendant, Jean-Louis Borloo prépare activement le terrain.

Source : La Voix du Nord, 14 novembre 2009

Triomphe des Éthiopiens au marathon Nice-Cannes

C’est l’Éthiopie qui sort grande gagnante de cette deuxième édition du Marathon des Alpes-Maritimes Nice-Cannes courue par un temps maussade, gris et humide ce dimanche 8 novembre 2009. L’Ethiopie truste les trois places du podium hommes et remporte largement la catégorie féminine avec Merima Mohamed.

La fin de course homme a été marquée par un duel serré entre Gemechu Lemma (ETH) et Philip Biwott (KEN) dans lequel le kenyan laissa beaucoup trop de forces puisqu’il se fit décrocher dans les derniers hectomètres par le trio éthiopien sans pitié, Adelo Roba (ETH), le vainqueur, et Gebo Burka (ETH), deuxième venant coiffer sur le fil leur infortuné compatriote, troisième.

Trois records sont enregistrés cette année : l’éthiopien Adelo Roba s’est imposé en 2h10’17’’ (contre 2h11’12’’pour Jacob Kitur l’an dernier).

Chez les féminines, les écarts sont nettement plus marqués puisque la première, l’éthiopienne Merima Mohamed prend la première place du podium en 2h33’56’’, un nouveau record également contre 2h37’10’’ pour la première féminine l’an passé, suivie de la kenyane Elisabeth Kurkor en 2h50’26’’ et de la franco-suisse Sandra Annen-Lamard qui termine à la troisième position en 2h57’27’’.

Source : Nice Rendez-vous, 8 novembre 2009

120 MW d’éolien pour l’Éthiopie

La société Vergnet a annoncé lundi le début de la construction d’une centrale éolienne de 120 MW en Ethiopie pour une durée de 36 mois.

Après les Caraïbes, la Réunion, les Îles Fidji, la Nouvelle-Calédonie et l ‘Australie, le groupe français Vergnet s’apprête à construire une centrale éolienne clés en main de 120 MW sur les hauts plateaux d’Éthiopie. Spécialiste de l’éolien dans les zones isolées, l’entreprise a en effet reçu lundi 12 octobre un acompte de 30 M€ de la compagnie d’électricité nationale d’Ethiopie (EEPCo). Comme convenu lors de la signature du contrat il y a tout juste un an, le chantier devrait donc démarrer prochainement et s’étaler sur 36 mois pour un budget global de 210 M€.

Avec ses 120 machines, d’une puissance nominale d’1 MW, la centrale sera la plus importante installation éolienne d’Afrique subsaharienne. Le choix de la technologie Vergnet répond aux contraintes spécifiques du territoire Éthiopien. Légères, de faible encombrement, et faciles à installer, elles permettent de produire de l’énergie propre pour un coût relativement faible.

En misant sur l’éolien l’Éthiopie entend diversifier son approvisionnement en énergie pour répondre à la forte croissance de sa demande intérieure. À terme, le pays espère par ailleurs exporter de l’électricité vers ses voisins.

Source : Développement durable, 14 octobre 2009

Voir aussi :

210 millions d’euros pour l’énergie éolienne

Semi-marathon de Paris : Un doublé éthiopien

Près de 22 000 coureurs, sur les 27 000 inscrits, étaient rassemblés pour les 21,097 kilomètres de course à travers les rues de l’est parisien.

Les conditions climatiques peu favorables aux attaques (vent de face) ont contraint le groupe de tête à un tempo moyen, et ce jusqu’au kilomètre 5 passé en 15’12’’. C’est seulement au passage de ce kilomètre 5 que Bazu Worku et Fikadu Lemma ont imposé une nouvelle cadence plus soutenue en s’offrant alors un très beau coude à coude (le chrono marquait 29’58‘’ au passage du 10ème kilomètre). C’est à la faveur d’une belle attaque que l’Ethiopien Bazu Worku s’est alors positionné en tête suivi toujours de Fikadu Lemma. Il fallait attendre le km 19 pour que Worku signe une nouvelle attaque à laquelle ne pouvait plus répondre Lemma.

Le podium était alors dessiné avec un chrono de 1h01’56’’ pour Bazu Worku, suivi donc de Fikadu Lemma (1h02’00’’). C’est le Kenyan Barnabas Kosgei que l’on retrouve sur la 3ème marche du podium avec un chrono de 1h02’25’.

Chez les femmes, la Kenyane Perninah Arusei et l’Ethiopienne Makda Harun Haji ont formé un duo de tête dès le départ qui s’est maintenu jusqu’à mi-course. Derrière elles, à 20’’, Jelena Prokopcuka et les deux Françaises, Yamna Oubouhou et Margaret Maury, ne lâchaient pas prise, protégées au sein d’une groupe de 15 hommes. C’est au kilomètre 10 (passé en 33’20’’) que Prokopcuka a rejoint le duo de tête.

C’est après différentes attaques que Jelena Prokopcuka s’impose en tête et s’échappe largement au 15ème kilomètre. La double vainqueur du Marathon de New-York en 2005 et 2006 devait monter sur la 1ère marche du podium avec un chrono de 1h10’43’’. La 2ème place est dévolue à Makda Harun Haji en 1h10’57’’. En troisième position, nous retrouvons Perninah Arusei (1h11’38’’).

Premier Semi Marathon de France en termes de participants, cette 17ème édition constituait une bonne préparation avant le grand rendez-vous du 5 avril prochain, sur les Champs-Elysées, pour la 33ème édition du Marathon de Paris.

Source : Semi-marathon de Paris, 8 mars 2009

210 millions d’euros pour l’énergie éolienne

Un contrat d’un montant de 210 millions d’euros a été signé vendredi entre l’installateur et fabricant français d’éoliennes, Vergnet, et la compagnie nationale d’électricité de l’Ethiopie à l’occasion de la visite, dans ce pays, de Mme Anne-Marie Idrac, secrétaire d’Etat française chargée du Commerce extérieur, a appris la PANA de source officielle.

Le projet porte sur la vente et l’installation de 120 éoliennes de 1 mégawatts sur 3 ans dans la région Tigré et permettra de fournir de l’électricité à plus de 5 millions d’Ethiopiens.

L’Ethiopie, qui compte près de 75 millions d’habitants, cherche à accroître son indépendance énergétique pour faire face à la hausse de sa demande intérieure et souhaite devenir un fournisseur d’électricité pour les pays limitrophes.

Au cours d’un entretien, Anne-Marie Idrac et le Premier Ministre éthiopien, Meles Zenawi, se sont félicités de la signature de ce contrat, qui ouvre une nouvelle ère dans les relations économiques entre les deux pays et ont fixé l’objectif de tripler les investissements et les échanges dans les meilleurs délais, a indiqué un communiqué du secrétariat d’Etat français chargée du Commerce extérieur.

Source : Afrique en ligne, 11 octobre 2008

Voir aussi :

120 MW d’éolien pour l’Éthiopie

Suivant »

web development