Archives du mot-clé 'Gondar'

Le château de Ras Mikael Sehul

par Grégoire Pourtier

Gondar, Château, Ras Mikael Sehul, Ethiopie, Ethiopia

Ecouter le reportage

Au nord d’Addis Abeba, la ville de Gondar fut la capitale de l’Ethiopie aux 17ème et 18ème siècles, comme en témoigne la fascinante cité royale regroupant six palais. Mais à moins de 300 mètres de là se dresse un autre château, celui de Ras Mikael Sehul, l’un des “faiseur de roi” de l’époque. Construit entre 1730 et 1755, il a depuis traversé l’histoire éthiopienne, quartier général italien pendant l’occupation, résidence de l’empereur Haïlé Selassié lors de ses passages en ville, ou lieu de torture lors du régime du Derg dans les années 1980. En cours de rénovation grâce à un partenariat avec la ville de Vincennes, elle aussi connue pour son château, il devrait rouvrir dans quelques mois sous forme de musée historique et culturel.

Source : RFI, 1er janvier 2013

Photo satellite de Gondar


Agrandir le plan

Voir aussi :

Gondar
La cité impériale de Gondar
Album photo de Gondar
Vidéos de Gondar
Affiches de Gondar

Gondar
ጎንደር

(Autre nom : Gonder)

Gondar (12°36′N, 37°28′E) est une ville autonome qui se situe à 2 207 m d’altitude, dans la zone Gondar Nord de la région Amhara d’Ethiopie.

Gondar, Gonder, Carte, Map, Ethiopie, Ethiopia

Elle est bâtie sur les contreforts du massif du Simien, en surplomb du lac Tana. Animée et commerciale, la ville épouse les courbes du relief.

Prisée pour son climat salubre et pour sa situation stratégique, elle fut la capitale des souverains éthiopiens du 17ème au 19ème siècle. Son architecture reflète la gloire impériale et la colonisation italienne.

Gondar, Gonder

POINTS D’INTÉRÊT

La principale attraction touristique de Gondar est sa cité impériale, classée au patrimoine mondial de l’UNESCO en 1979. Elle abrite quelques richesses architecturales civiles et religieuses qui témoignent du riche passé de la ville.

>> En savoir plus sur la cité impériale <<

HISTOIRE

Gondar, Gonder, Ethiopie, EthiopiaC’est en 1635 que le roi Fasilades (1632-1667) décide de faire de Gondar sa capitale. Contrairement à ses prédécesseurs en perpétuelle migration, le souverain établit la ville comme centre de pouvoir permanent et, pour assurer l’installation de la cour, entreprend un grand programme de construction.

La situation de Gondar, très à l’ouest du pays, s’explique sans doute par le fait que, jusqu’à la fin du 16ème siècle, l’Empire abyssin a eu à subir des invasions multiples sur ses flancs est et sud. Les offensives musulmanes du Gragn (tué près du lac Tana en 1543) puis turques, et la pression oromo ont repoussé les Amhara vers cette région. A Gondar, le pouvoir est proche du lac Tana, centre politique et spirituel majeur depuis la fin du 13ème siècle.

Politiquement, Fasilades accède au trône après une période troublée. Les tentatives de Zarsa Dengel puis de son fils Susenyos de faire allégeance à l’Eglise de Rome et de convertir leurs sujets ont gravement déstabilisé le pouvoir impérial, menacé par des soulèvements populaires. Rétablissant la foi traditionnelle après avoir chassé les jésuites portugais du pays, Fasilades va faire de son règne une époque d’épanouissement culturel sans précédent. A côté de l’enseignement religieux, la pratique artistique se développe, musique, chant, danse, poésie s’épanouissent soutenus par un cercle d’érudits. La construction des résidences impériales attire artistes et artisans locaux mais aussi portugais et indiens.

Cependant, à partir de 1706, l’assassinat de Iyassou Ier, révélant au grand jour les dissensions politiques et ethniques qui minent la cour, ouvre une période de décadence. Complots, conspirations, intrigues se succèdent, dans une course au pouvoir fratricide, connue sous le nom de “période des juges”. Malgré un sursaut sous le règne de Bakaffa (1721-1730), Gondar n’est bientôt plus que l’ombre d’elle-même, le pouvoir central étant laminé au profit des petits potentats locaux. Sortant de la mêlée, l’empereur Théodoros (1855-1869) met définitivement fin à la destinée de Gondar capitale en mettant la ville à sac, avant d’installer son gouvernement à Debré Tabor puis à Maqdala.

Plus tard, la ville aura à subir les pillages des derviches venus du Soudan dans les années 1880, et les bombardements anglais durant la campagne de libération en 1941. Heureusement, les châteaux et bâtiments de la cité impériale ont résisté à ces ravages et se dressent encore aujourd’hui comme les témoins de cette période d’ombre et de lumière.

DÉMOGRAPHIE

D’après les estimations de l’Agence Centrale de la Statistique éthiopienne (CSA) pour 2010, Gondar compte 218 464 habitants (103 463 hommes et 115 001 femmes).

Avec une superficie de 292,80 km², la ville a une densité de 746,1 habitants par km².

INFORMATIONS PRATIQUES

Gondar, Gonder, Ethiopie, EthiopiaBureau du tourisme
Au dessus de la place centrale, par les escaliers. Ouvert du lundi au vendredi de 8h30 à 12h30 et de 13h30 à 17h30.
L’Office propose des excursions en dehors de la ville à des prix intéressants.

Le NTO (National Tour Operator) possède un bureau en ville. Une agence est présente à l’aéroport, les autres dans certains hôtels.

TRANSPORTS

Avion
2 vols quotidiens pour et depuis Addis Abeba. La plupart des vols en provenance de la capitale continuent sur Lalibela et Axoum. Les vols cers Addis s’arrêtent à Bahir Dar.
Bureau d’Ethiopian Airline : Centre-ville, non loin des stations Mobil et Agip. Tel : (08) 11 01 29.

Bus
Addis Abeba (78 birr – 1 jour et demi par Debré Markos), Bahir Dar (20 birr – 4 h), Debark (13 birr – 4 h), Shiré (37 birr – 12 h), Woldiya (51 birr – 2 jours ; arrêt possible à Gashena pour rejoindre Lalibela), Gorgora (8 birr – 3 h).

HÉBERGEMENT-RESTAURANTS

Goha (chaîne Ghion)
Tel : (08) 11 06 34.
Chambres simples (37,5 US$), doubles (50 US$), suites (73 US$).
Comme tous les hôtels de cette chaîne gouvernementale, le Goha dispose du meilleur emplacement sur un promontoire dominant la ville. Restaurant de cuisine internationale. En fin d’après-midi, il faut profiter de la terrasse pour venir y boire un verre.

Fogera
Tel : (08) 11 04 05.
Bungalows pour 2 personnes (de 162 à 215 birr).
Bar et restaurant. Joli jardin où sont immergés les bungalows à l’architecture traditionnelle. Face à l’hôtel, le Mini Fogera propose une cuisine éthiopienne de qualité.

Circle
Près de la place centrale. Tel : (08) 11 19 91.
Chambres simples (80 birr) ou doubles (100 birr) avec douche.
Dans un bâtiment récent. Restaurant très animé et bar avec terrasse sur le toit.

Quara
Tel : (08) 11 00 40.
16 chambres : simples (75 birr) ou doubles (88 birr) avec douche, simples (63 birr) ou doubles (75 birr) avec douche commune.
Situé sur la place centrale, face aux Télécoms, l’hôtel dispose d’une terrasse idéale pour observer les processions de Timkat. La propreté nécessiterait un effort. En revanche, bon restaurant. L’hôtel héberge quelques tout opérateurs qui organisent des axcursions dans le Simien. A proximité, la Delicious Pastry est idéale pour un petit déjeuner.

Gondar, Gonder, Ethiopie, EthiopiaTerara
Tel : (08) 11 01 53.
32 chambres : simples (56 birr) ou doubles (75 birr) avec douche commune, suites avec douche (112 birr).
Situé sur la hauteur, l’hôtel est une vieille bâtisse aux chambres et aux sanitaires plutôt spartiates. Il possède cependant un certain charme et un très agréable jardin, ainsi qu’un bar et un restaurant.

Belegez Pension
Dans la petite rue derrière le Terara. Tel : (08) 11 43 57.
Chambres simples (50 birr) ou doubles (60 birr) avec douche, doubles avec douche commune (50 birr).
Assurément une bonne adresse, d’une propreté irréprochable.

Amba Ras
A l’entrée de la ville en venant de Debark, non loin d’un grand rond-point. Tel : (08) 11 43 43.
20 chambres : simples (60 birr) ou doubles (80 birr) avec douche, simples (40 birr) ou doubles (50 birr) avec douche commune.

Terou Mengetabet Pension
A proximité du grand rond-point, à l’entrée de la ville. Tel : (08) 11 11 03.
10 chambres simples avec douche commune (20 birr).
Une mignonne petite pension, colorée et très bien tenue.

Sources : Wikipedia
Agence Centrale de la Statistique éthiopienne
Le Petit Futé : Ethiopie (Edition 2005/2006)

Voir aussi :

La cité impériale de Gondar
Album photo de Gondar
Photo satellite de Gondar
Vidéos de Gondar
Affiches de Gondar
Gondar : La danse des arches
La région Amhara
La zone Gondar Nord

Gondar : La danse des arches

par Alain Arsac

Située à 400 km au nord d’Addis Abeba, Gondar fut la capitale de l’Ethiopie entre 1632 et 1855. Haut lieu de culture, la cité a gardé de nombreux vestiges de son passé impérial : les bains de Fasilades, lieu de baptême des croyants, l’église Debré Birhan Sélassié et ses superbes fresques, les ruines de châteaux et de palais, à l’architecture étonnante, mélange d’influences européennes et locales.

Aujourd’hui, l’église éthiopienne orthodoxe fête le Timkat. Pour cette branche très singulière du christianisme, qui possède sa propre bible et son écriture sacrée si particulière (le guèze), c’est la plus importante célébration religieuse de l’année. La plus folle aussi, la plus intense, la plus suivie, la plus sonore et la plus colorée. La fête a lieu les 19 janvier (le 20 les années bissextiles) et constitue à la fois la célébration du baptême de Jésus dans le Jourdain et celle de l’Épiphanie (visite des mages à l’enfant Jésus).

Timkat, Gondar, Gonder, Ethiopie, Ethiopia

Tout commence vers midi lorsque, surplombant la place principale tout en dégustant une délicieuse injira, sorte de grande crêpe à base de teff blanc, rouge ou noir, garnie de viande, de légumes ou de lentilles, je vois arriver les premiers groupes d’adolescents, bras tendus munis de longs bâtons qui sautent, chantent, dansent, usent et abusent de trompettes, klaxons et sifflets dans une incroyable ferveur. En un clin d’oeil, et sous un soleil écrasant de chaleur, ce sont des milliers de fidèles qui se regroupent par familles, affinités, églises ou quartiers et convergent dans un vacarme ahurissant vers le centre de Gondar. Des fanfares se joignent au public, il devient difficile de s’entendre parler, et surtout de se faire comprendre et expliquer cet étrange ballet.

Timkat, Gondar, Gonder, Ethiopie, Ethiopia

La ville se transforme en un mélange de sons et de couleurs aussi assourdissants qu’étourdissants. Les arches arrivent enfin. Pour l’occasion, toutes les églises orthodoxes du pays sortent en effet leur réplique de l’arche d’alliance, enfermée le reste de l’année dans une pièce spéciale, rectangulaire, au centre des églises. Pendant la cérémonie, ces arches (tabots en amharique) sont protégées du soleil et des intempéries par une multitude de parapluies multicolores brodés d’or, tenus à bout de bras par les moines et prêtres.

Le signal est donné. Noyées au milieu de fidèles qui forment une colonne infinie à quatre rangs et chantent, prient, dansent et se balancent de gauche à droite, les arches partent vers les bains de Fasilades, accompagnées de dizaines de milliers de personnes. Là-bas, elles en rejoindront de nouvelles, descendues d’autres quartiers de la ville. L’ambiance est très festive et je peux sentir, au milieu de la foule, cette ferveur si intense indescriptible. Il y a énormément de fumée, des centaines d’encens allumés. Odeur particulière qui stimule encore davantage les sens. Musique et chants ne cessent de retentir, partout et en permanence. Les balancements des milliers de fidèles sont très impressionnants. A droite, à gauche, et maintenant de haut en bas !

Timkat, Gondar, Gonder, Ethiopie, Ethiopia

Impossible de décrire l’incroyable bruit, les sons et cris puissants qui jaillissent de Gondar lorsque les arches se rejoignent enfin, après plus de quatre heures de procession. L’émeute n’est pas loin, les mouvements de foule sont effrayants, chacun veut approcher et toucher une arche. Pour entrer aux bains, là où les tabots vont passer la nuit, même l’armée n’arrive pas à contenir la population ! Je sauve un bébé de l’étouffement en l’arrachant de la foule, sa mère ne pouvant plus tenir. Par tradition, beaucoup d’Ethiopiens vont dormir dehors ce soir, car les arches d’alliance sont de sortie. Toute la nuit, les jeunes vont boire, danser et festoyer.

Timkat, Gondar, Gonder, Ethiopie, Ethiopia

A l’aube, je me lève et me rends aux bains. C’est ici que la cérémonie des baptêmes va avoir lieu. Je m’installe sur de fragiles gradins construits en bois (et à la hâte !) quand l’armée m’oblige à changer de lieu, pour me retrouver à côté du Président de la République d’Ethiopie ! Les gens sont pendus aux arbres, écrasés contre les murs entourant ce lieu mythique. C’est alors qu’après une très longue attente, de longues prières et des chants, le grand prêtre donne enfin le signal. Tout le monde se jette à l’eau pour se purifier ! Les gens se bousculent, se piétinent et plongent dans l’eau. Le reste de la foule se disperse, la fête du Timkat est terminée.

Source : Mondomix, 5 novembre 2011

Voir aussi :

Timkat
Album photo de Timkat à Gondar

La zone Gondar Nord

(Autres noms : Gonder Nord, Simien Gondar, Simien Gonder, Semen Gondar, Semen Gonder)

Gondar Nord (Simien Gondar en amharique) est une des 10 zones de la région Amhara d’Ethiopie. Elle est bordée au sud par le lac Tana, la zone Gojam Ouest et la région Benishangul-Gumuz, à l’ouest par le Soudan, au nord par la région Tigré, à l’est par la zone Wag Hemra et au sud-est par la zone Gondar Sud. Elle tire son nom de la ville de Gondar, qui fut la capitale de l’Ethiopie jusqu’au milieu du 19ème siècle.

Les principales villes de cette zone sont Gondar, Debark, Emfraz, Metemma et Gorgora.

WOREDAS

La zone Gondar Nord se décompose en 20 woredas et 1 ville autonome :
Adi Arkay
– Alefa
– Beyeda
– Chilga
– Dabat
– Debark
– Dembia
– Gondar Zuria
– Janamora
– Lay Armachoho
– Merab Armachoho
– Merab Belsa
– Metema
– Misrak Belsa
– Quara
– Tach Armachoho
– Takusa
– Tegede
– Tselemet
– Wegera
+ Gondar (ville autonome)

DÉMOGRAPHIE

D’après les estimations de l’Agence Centrale de la Statistique éthiopienne (CSA) pour 2010, la zone Gondar Nord compte 3 083 347 habitants (1 562 977 hommes et 1 520 370 femmes).

Avec une superficie de 45 945 km2, la zone a une densité de 67,1 habitants par km2.

La proportion des enfants de moins de 15 ans s’élève à 45,72 % de la population, celle des jeunes de 15 à 29 ans à 27,31 % et celle des 30-59 ans à 22,64 %. Quant aux 60 ans et plus, ils ne représentent que 4,33 % de la population.

Ces estimations sont basées sur le recensement de 2007. A cette époque, la population était de 2 921 470 habitants (1 481 726 hommes et 1 439 744 femmes), dont 463 825 (15,88 %) résidaient en ville.

ÉCONOMIE ET DÉVELOPPEMENT

D’après un rapport de la Banque Mondiale datant de mai 2004, 7 % des habitants de la zone Gondar Nord ont accès à l’électricité. On compte 21,2 km de route pour 1 000 km2.

En moyenne, une famille rurale possède 1,2 hectare de terre et l’équivalent de 0,8 tête de bétail. 24,6 % de la population exerce un emploi non-agricole. 50 % des enfants en âge d’aller à l’école primaire sont scolarisés, ce taux est de 13 % pour l’enseignement secondaire.

62 % de la zone est exposée à la malaria mais on n’y rencontre pas de mouche tsé-tsé. En outre, le rapport attribue à la zone Gondar Nord un indice de risque de sécheresse de 506.

Sources : Wikipedia
Agence Centrale de la Statistique éthiopienne

Voir aussi :

Album photo de la zone Gondar Nord
La région Amhara

La zone Gondar Sud

(Autres noms : Gonder Sud, Debub Gondar, Debub Gonder)

Gondar Sud (Debub Gondar en amharique) est une des 10 zones de la région Amhara d’Ethiopie. Elle est bordée au sud par la zone Gojam Est, au sud-ouest par la zone Gojam Ouest, à l’ouest par le lac Tana, au nord par la zone Gondar Nord, au nord-est par la zone Wag Hemra, à l’est par la zone Wollo Nord et au sud-est par la zone Wollo Sud. Elle tire son nom de la ville de Gondar, qui fut la capitale de l’Ethiopie jusqu’au milieu du 19ème siècle.

Cette zone est bordée, au sud, par le fleuve Abay. Le point culminant est le mont Guna (4 231 m).

Les principales villes sont Debré Tabor, Wereta et Addis Zemen.

WOREDAS

La zone Gondar Sud se décompose en 10 woredas et 1 ville autonome :
– Dera
– Ebinat
– Farta
– Fogera
– Lay Gayint
– Libokemkem
– Merab Este
– Misrak Este
– Simada
– Tach Gayint
+ Debré Tabor (ville autonome)

DÉMOGRAPHIE

D’après les estimations de l’Agence Centrale de la Statistique éthiopienne (CSA) pour 2010, la zone Gondar Sud compte 2 160 639 habitants (1 095 881 hommes et 1 064 758 femmes).

Avec une superficie de 14 095 km2, la zone a une densité de 153,3 habitants par km2.

La proportion des enfants de moins de 15 ans s’élève à 38,9 % de la population, celle des jeunes de 15 à 29 ans à 29,38 % et celle des 30-59 ans à 26,48 %. Quant aux 60 ans et plus, ils ne représentent que 5,24 % de la population.

Ces estimations sont basées sur le recensement de 2007. A cette époque, la population était de 2 047 206 habitants (1 038 913 hommes et 1 008 293 femmes), dont 194 474 (9,5 %) résidaient en ville.

ÉCONOMIE ET DÉVELOPPEMENT

D’après un rapport de la Banque Mondiale datant de mai 2004, 4 % des habitants de la zone Gondar Sud ont accès à l’électricité. On compte 66,1 km de route pour 1 000 km2.

En moyenne, une famille rurale possède 1 hectare de terre et l’équivalent de 0,6 tête de bétail. 14 % de la population exerce un emploi non-agricole. 49 % des enfants en âge d’aller à l’école primaire sont scolarisés, ce taux est de 9 % pour l’enseignement secondaire.

55 % de la zone est exposée à la malaria mais on n’y rencontre pas de mouche tsé-tsé. En outre, le rapport attribue à la zone Gondar Sud un indice de risque de sécheresse de 514.

Sources : Wikipedia
Agence Centrale de la Statistique éthiopienne

Voir aussi :

Album photo de la zone Gondar Sud
La région Amhara

Vidéos : Gondar

Gondar (1)

Gondar (2)

Gondar : La cité impériale

Voir aussi :

Gondar
La cité impériale de Gondar
Album photo de Gondar
Photo satellite de Gondar
Affiches de Gondar

web development