Archives du mot-clé 'Walia ibex'

Le secteur de la faune sauvage pourrait rapporter plus de 2 milliards de dollars à l’Ethiopie

Le secteur de la faune sauvage pourrait rapporter des fonds annuels évalués à plus de 2 milliards de dollars (40 milliards de Birr) à l’Etat éthiopien, estime l’Autorité éthiopienne pour le Développement et la Conservation de la Faune sauvage (EWDCA).

Selon le coordinateur des services au sein de l’Autorité, Cherie Enawgaw, cité vendredi par l’Agence de presse WALTA, les revenus du secteur de la faune sauvage devraient provenir des différents parcs nationaux et des réserves fauniques, dont dispose le pays.

Les recettes provenant du secteur ces dernières années n’ont pas été à la hauteur des attentes, du fait que ce secteur n’a pas fait l’objet de stratégies de développement, a-t-il fait remarquer, soulignant que le nombre de touristes visitant la faune en Ethiopie est très limité par rapport à ceux qui fréquentent les différents sites historiques.

Il a ajouté que l’Autorité est en liaison avec les organismes internationaux en vue de promouvoir et de valoriser ce secteur, source de revenus potentiels.

L’Ethiopie renferme de nombreuses variétés d’oiseaux qui, tel le gypaète, sont réputés pour se laisser facilement approcher car ils n’ont pas été chassés par l’homme à travers l’histoire. Les espèces les plus nombreuses se rencontrent autour des lacs de la vallée du Rift, à 200 km environ au sud d’Addis Abeba : des aigles pêcheurs, des flamants roses, des ibis et des marabouts y vivent.

La faune classique d’Afrique (lions, girafes, éléphants, crocodiles, hippopotames) peuple le parc de la vallée de l’Omo et le parc d’Awash, tous deux propices à des safaris.

De même, le récent recensement de la faune éthiopienne a révélé une croissance de l’ibex avec une population atteignant 740. Le nombre d’ibex walia, l’une des espèces endémiques de l’Ethiopie, se serait multipliée par cinq, passant de 150 à 740 en seulement dix ans.

Source : Aufait Maroc, 24 décembre 2010

La faune éthiopienne en pleine croissance

Le récent recensement de la faune éthiopienne a révélé une croissance cette année, avec une population d’ibex atteignant 740 alors qu’elle était de 150 il y a quelques années, a appris APA mercredi.

Le recensement a eu lieu dans le Parc National du Simien, au Nord de l’Ethiopie, l’un des plus grands parc du pays.

Le nombre de walias ibex, l’une des espèces endémiques de l’Ethiopie, se serait multipliée par cinq, passant de 150 à 740 en seulement dix ans, a déclaré Derebe Deqseyos, expert écologiste.

Selon la radio éthiopienne, l’expert a déclaré que la population faunique spécifique à l’Ethiopie, dont le loup d’Abyssinie et le babouin gelada, ont connu une croissance exponentielle. Le nombre de loups d’Abyssinie est passé de 20 à 78, alors que celui de babouins gelada a atteint 8 000.

L’initiative de l’écotourisme, l’interdiction du braconnage et l’intensification de la sensibilisation au sein de la population auraient contribué à l’augmentation des animaux endémiques éthiopiens.

Cette augmentation permettrait de sauver des espèces fauniques dans le parc qui seraient autrement fortement menacées.

Le walia ibex, aussi connu sous le nom d’ibex abyssinien, est l’un des différentes espèces d’ibex sérieusement en danger.

Source : Agence de Presse Africaine, 18 décembre 2008

web development