Warning: Use of undefined constant wp_cumulus_widget - assumed 'wp_cumulus_widget' (this will throw an Error in a future version of PHP) in /homepages/19/d223858152/htdocs/wordpress/wp-content/plugins/wp-cumulus/wp-cumulus.php on line 375
Justice | Toi qui viens d'Ethiopie...

Archives du mot-clé 'Justice'

Dix personnes coupables de terrorisme


Warning: Use of undefined constant wpurl - assumed 'wpurl' (this will throw an Error in a future version of PHP) in /homepages/19/d223858152/htdocs/wordpress/wp-content/plugins/add-to-facebook-plugin/addtofacebook.php on line 53

Dix hommes ont été jugés coupables par un tribunal éthiopien d’avoir comploté en vue de commettre un acte terroriste avec la complicité d’al-Shabab, une milice islamiste qui sévit en Somalie.

Le juge Bahiru Darecha a déclaré mardi que le groupe d’hommes avait mis au point des stratégies et entreposé du matériel afin de commettre des attentats contre des cibles politiques et économiques en Éthiopie.

Initialement, des accusations de terrorisme avaient été déposées contre onze individus, mais le juge a finalement acquitté l’un des accusés. Six hommes ont été reconnus coupables in absentia.

La sentence sera prononcée le 15 janvier.

Selon les procureurs, les accusés, parmi lesquels figurent un Kenyan, formaient une cellule qui travaillait de concert avec les combattants islamistes somaliens d’al-Shabab. Ces insurgés entretiennent des liens avec le réseau terroriste al-Qaïda.

Ces verdicts tombent alors que des signes tendent à démontrer que la nation est-africaine est aux prises avec un accroissement des activités militantes. Des troupes éthiopiennes ont été déployées en Somalie l’an dernier afin d’en découdre avec les miliciens d’al-Shabab.

Source : Métro, 1er janvier 2013

Une diplomate éthiopienne en prison à Londres pour transport de cannabis


Warning: Use of undefined constant wpurl - assumed 'wpurl' (this will throw an Error in a future version of PHP) in /homepages/19/d223858152/htdocs/wordpress/wp-content/plugins/add-to-facebook-plugin/addtofacebook.php on line 53

Une diplomate éthiopienne en poste à Washington a été condamnée jeudi 2 août par un tribunal londonien à deux ans et neuf mois de prison pour avoir tenté de faire passer 56 kg de cannabis à l’aéroport d’Heathrow à Londres.

Amelework Wondemagegne, membre du personnel de l’ambassade d’Ethiopie à Washington, avait tenté de mettre en avant son immunité diplomatique, lorsqu’elle a été arrêtée à l’aéroport d’Heathrow en avril dernier en possession de la drogue.

Le tribunal l’a condamnée à trente-trois mois de prison et a estimé que la jeune femme de 36 ans ne pouvait se prévaloir de son immunité. « Le fait que vous ayez tenté de faire passer la drogue en comptant sur votre statut diplomatique pour vous épargner des poursuites pèse lourd dans l’étude de votre cas », a indiqué le juge Richard McGregor-Johnson.

La jeune femme avait d’abord tenté d’expliquer qu’un homme lui avait donné les valises lors de son départ d’Addis Abeba pour Heathrow en faisant passer leur contenu pour de la viande et des épices, une histoire qualifiée par le juge de « paquet de mensonges ».

Les deux enfants de la jeune femme, dont le mari est mort d’un cancer en 2005, sont gardés par le personnel de l’ambassade d’Ethiopie à Washington. Le juge a estimé que son statut de femme seule avec deux enfants « rendait encore plus extraordinaire » le fait qu’elle ait pris de tels risques.

La diplomate doit être expulsée du Royaume-Uni après avoir purgé sa peine. Les plaquettes de cannabis retrouvées dans ses valises, qui avaient été parsemées de poudre de piment, ont une valeur de 160 000 livres (203 000 euros).

Source : Le Monde, 2 août 2012

Un leader d’opposition déclare avoir été sévèrement frappé en prison


Warning: Use of undefined constant wpurl - assumed 'wpurl' (this will throw an Error in a future version of PHP) in /homepages/19/d223858152/htdocs/wordpress/wp-content/plugins/add-to-facebook-plugin/addtofacebook.php on line 53

Un dirigeant de l’opposition éthiopienne accusé de terrorisme a déclaré lors d’une comparution lundi qu’il avait été sévèrement frappé par un autre détenu en prison, parlant de « tentative d’assassinat ».

« Il y a eu une tentative d’assassinat contre moi et je veux porter plainte contre la prison parce que je n’ai pas reçu les soins médicaux nécessaires », a déclaré Andualemn Arage du parti d’opposition l’Unité pour la démocratie et la justice (UDJ).

« Je demande à être retiré de prison », a-t-il ajouté, précisant que l’agression datait du 16 février.

M. Andualem, incarcéré depuis septembre 2011, est arrivé devant le tribunal en boitant et en se plaignant de maux de tête. Il fait partie des 24 personnes, dont l’éminent journaliste éthiopien Eskinder Nega, tombées sous le coup de la loi antiterroriste éthiopienne, jugée liberticide par des membres de l’opposition et des groupes de défense des droits de l’Homme. Leur procès doit se tenir le 26 mars.

Source : Afreeknews, 5 mars 2012

1 378 prisonniers amnistiés à l’occasion du nouvel an éthiopien


Warning: Use of undefined constant wpurl - assumed 'wpurl' (this will throw an Error in a future version of PHP) in /homepages/19/d223858152/htdocs/wordpress/wp-content/plugins/add-to-facebook-plugin/addtofacebook.php on line 53

Le président éthiopien Girma Woldegiorgis a accordé son pardon à 1 378 prisonniers à l’occasion du nouvel an éthiopien.

D’après un communiqué de presse diffusé par le secrétariat du président, les prisonniers amnistiés proviennent de quatre prisons, à savoir Choa Robit, Ziway, Addis Abeba et Diré Dawa.

En outre, les régions Amhara et Oromia ont récemment libéré respectivement 3 476 et 4 721 prisonniers. Les autorités locales ont appelé les bénéficiaires à faire de bonnes actions au sein de leurs communautés respectives, tout en invitant les communautés à fournir le soutien nécessaire aux prisonniers amnistiés.

Les Ethiopiens célèbrent leur nouvel an le 11 septembre à la période où s’achève la saison des pluies.

Source : Xinhua, 13 septembre 2010

Les violeurs de la loi électorale jugés après les scrutins


Warning: Use of undefined constant wpurl - assumed 'wpurl' (this will throw an Error in a future version of PHP) in /homepages/19/d223858152/htdocs/wordpress/wp-content/plugins/add-to-facebook-plugin/addtofacebook.php on line 53

Les actes illégaux, qui ne constituent pas des crimes graves de la part des partis politiques et candidats aux élections de mai 2010 en Ethiopie, seront jugés après l’organisation de ces consultations, a annoncé le Premier ministre Meles Zenawi.

M. Meles a déclaré à la presse jeudi dans la capitale éthiopienne que malgré la bonne disposition du gouvernement à tolérer de tels actes en vue d’un processus électoral sans heurts, ceci toutefois, ne veut pas dire qu’on peut commettre n’importe quel crime sans y répondre. « Des preuves de transgressions de la loi seront naturellement collectées. Mais le gouvernement préfère ne pas s’engager dans des empoignades juridiques à ce stade car cela pourrait nuire aux élections », a-t-il expliqué. « Ce qui ne veut pas dire que le gouvernement fermera les yeux sur ces violations de la loi. Nous ne faisons que reporter notre action. Le gouvernement pourrait après les élections, le cas échéant, traduire en justice ceux qui ont violé la loi », a précisé le Premier ministre éthiopien.

En vue des élections, la campagne à travers les médias occupe depuis quelques jours l’agenda des partis politiques et des candidats indépendants. Dominée par le Front révolutionnaire démocratique du peuple (EPRDF) présidé par Meles Zenawi, la pré-campagne est astreinte au respect de la loi électorale. Les déclarations désobligeantes et incendiaires contre tout groupe ethnique ou politique sont lourdement sanctionnées.

Lors des dernières élections en 2005, le gouvernement avait taxé son principal challenger, la Coalition pour l’unité et la démocratie (CUD), aujourd’hui dissoute, d’être une copie du mouvement Interhamwe, une organisation paramilitaire hutu à l’origine du génocide de 1994 au Rwanda. Le gouvernement de Meles Zenawi avait accusé le CUD d’être le principal architecte de la violence post-électorale qui avait causé la mort de plus de 200 personnes dans le pays en 2005.

Selon des analystes, la déclaration du Premier ministre faisant état de la possibilité pour le gouvernement de remettre sur le tapis les infractions au lendemain du scrutin démontre que ce dernier a la certitude de conserver le pouvoir.

Source : Afrique en ligne, 19 mars 2010

L’assassin d’un candidat de l’opposition éthiopienne condamné à 15 ans de prison


Warning: Use of undefined constant wpurl - assumed 'wpurl' (this will throw an Error in a future version of PHP) in /homepages/19/d223858152/htdocs/wordpress/wp-content/plugins/add-to-facebook-plugin/addtofacebook.php on line 53

Un tribunal éthiopien a déclaré coupable et condamné à une peine d’emprisonnement de 15 ans, le meurtrier d’un candidat de l’opposition aux prochaines élections législatives prévues en mai 2010 en Ethiopie, a appris APA jeudi de sources judiciaires.

M. Aregawi Gebré-Yohannes, membre du parti Arena (opposition), a été tué il y a dix jours dans son propre restaurant à Shire, une ville de la région Tigré, située à quelque 800 km au nord d’Addis Abeba.

Le gouvernement éthiopien et les officiels de la région Tigré avaient indiqué à l’époque que M. Gebré-Yohannes avait été assassiné au cours d’une altercation avec des clients de son restaurant.

Cependant, selon le parti Arena, cet assassinat avait des soubassements politiques liés à la campagne électorale en cours pour les scrutins de mai 2010.

L’ONG américaine de défense des droits de l’homme, Human Rights Watch (HRW), a demandé cette semaine l’ouverture d’une enquête pour déterminer les circonstances de cette mort.

C’est dans ce contexte que le tribunal éthiopien siégeant dans la région Tigré, a rendu son verdict contre le responsable de ce crime.

Source : Agence de Presse Africaine, 12 mars 2010

Voir aussi :

Un candidat poignardé à mort, l’opposition accuse le parti au pouvoir
Human Rights Watch demande une enquête après l’assassinat d’un opposant

Cinq opposants condamnés à mort pour « complot » contre l’Etat


Warning: Use of undefined constant wpurl - assumed 'wpurl' (this will throw an Error in a future version of PHP) in /homepages/19/d223858152/htdocs/wordpress/wp-content/plugins/add-to-facebook-plugin/addtofacebook.php on line 53

Cinq opposants ont été condamnés à mort mardi et 33 à la perpétuité en Ethiopie, lors de verdicts très sévères prononcés par la justice éthiopienne dans l’affaire “Ginbot 7”, un complot visant à assassiner des personnalités du gouvernement.

Aucun des cinq condamnés à mort, tous membres de l’opposition, n’est militaire, alors que la majorité des accusés sont militaires actifs ou en retraite.

Parmi les condamnés à mort figure le “cerveau” présumé du complot, selon les autorités éthiopiennes, Berhanu Nega, un des chefs de l’opposition qui vit actuellement en exil aux Etats-Unis. M. Nega avait été condamné à la prison à perpétuité dans le procès d’opposants à la suite des violences postélectorales de 2005 (200 morts selon les autorités, après la proclamation contestée des résultats).

Ce procès intervient alors que de nouvelles élections générales sont prévues en mai 2010 en Ethiopie.

Melaku Tefera, un autre haut responsable de l’opposition, était présent dans le box des accusés avec 27 autres personnes. Il a aussi été condamné à mort, a constaté l’AFP.

« Ces cinq personnes (condamnées à mort) ont commis de graves crimes et quatre d’entre elles n’ont rien appris de leur condamnation précédentes. C’est pourquoi nous avons été obligés de prononcer les sentences les plus sévères », a déclaré le président de la haute cour fédérale d’Addis Abeba, le juge Adam Ibrahim. « Comme demandé par les procureurs, les propriétés de Berahnu Nega et d’Asaminew Tsigue seront confisquées ».

Asaminew Tsigue est un général à la retraite qui a été condamné à la perpétuité.

Les condamnés n’ont pas manifesté leur émotion pendant le procès, souriant à leurs proches ou les saluant d’un hochement de tête pendant le prononcé du jugement. Des parents des condamnés ont pleuré en les voyant monter dans les fourgons de la police.

Mme Tidenekyalesh Tesfa, avocate du riche homme d’affaires Getu Worku, condamné à la prison à vie et à la confiscation des ses biens, a déclaré à l’AFP qu’elle allait faire appel. « Je ne suis pas satisfaite de la décision. Elle est dure et j’espère qu’elle sera changée après l’appel ».

Lire la suite…

Ving-six personnes reconnues coupables de complot contre le gouvernement


Warning: Use of undefined constant wpurl - assumed 'wpurl' (this will throw an Error in a future version of PHP) in /homepages/19/d223858152/htdocs/wordpress/wp-content/plugins/add-to-facebook-plugin/addtofacebook.php on line 53

Les coupables présumés, en grande partie des militaires, auraient planifier l’assassinat de membre du gouvernement. Le complot aurait été organisé par l’opposition en exil, qui dénonce un « coup monté ».

La justice éthiopienne a jugé coupables 26 accusés poursuivis dans l’affaire d’un complot présumé visant à assassiner des membres du gouvernement éthiopien, a constaté un journaliste de l’AFP.

« Les preuves fournies par l’accusation montrent que les accusés présents dans cette cour sont coupables de toutes les charges retenues contre eux », a dit le juge Adam Ibrahim. Le verdict à leur encontre sera énoncé mardi. Cinq autres accusés jugés à leur côté ont été acquittées.

SOUPCONNÉS DE LIENS AVEC L’OPPOSITION EN EXIL

Au total 46 personnes -en majorité des militaires à la retraite ou d’active-, dont 14 sont en fuite à l’étranger, ont été formellement accusées en juin de « tentative de destruction de l’ordre constitutionnel », complot en vue de tuer des responsables du gouvernement et conspiration en vue de détruire des installations publiques. La plupart, soupçonnés d’appartenir au groupe d’opposition Ginbot 7 (15 Mai) de l’opposant en exil aux Etats-Unis Berhanu Nega, avaient été arrêtés en avril.

Les autorités accusent M. Nega d’être l’instigateur de ce présumé complot révélé le 1er mai par le ministre éthiopien de la Communication Bereket Simon, selon qui plusieurs hauts gradés de l’armée éthiopienne, dont un général, avaient planifié d’assassiner des responsables du gouvernement.

L’opposant a toujours affirmé qu’il s’agissait d’un « coup monté » et qu’il n’avait « rien à voir » avec cette affaire.

EMPRISONNÉ APRÈS LES ÉLECTIONS

M. Berhanu dirigeait l’ancien principal parti d’opposition, la Coalition pour l’unité et la démocratie (CUD) dissout après les élections controversées de 2005. L’opposition avait accusé de fraude le parti du Premier ministre Meles Zenawi.

Elu maire de la capitale Addis Abeba au cours de ce scrutin, M. Berhanu a été emprisonné deux ans avec une centaine de membres de son parti à la suite des violentes protestations qui avaient suivi les élections au cours desquelles quelque 200 personnes avaient été officiellement tuées. Il dirige désormais le mouvement Ginbot 7 qui a menacé de mener une lutte armée contre le pouvoir.

Source : Jeune Afrique, 19 novembre 2009

Les justices de l’État en Éthiopie : Lieux, époques et institutions du juste et de l’injuste


Warning: Use of undefined constant wpurl - assumed 'wpurl' (this will throw an Error in a future version of PHP) in /homepages/19/d223858152/htdocs/wordpress/wp-content/plugins/add-to-facebook-plugin/addtofacebook.php on line 53

par Solène de Poix et Sabine Planel

Depuis le milieu des années 1970, les gouvernements éthiopiens successifs s’imposent comme les garants d’une justice nouvelle, censée réparer les injustices du passé. En fixant institutionnellement le cadre du juste et de l’injuste, l’État fige des inégalités jusque-là mouvantes. Et c’est à travers des institutions spatialisées, échelons locaux de l’État, que la justice s’impose. Ainsi spatialisée, la justice d’État devient plurielle dans le cadre du récent État fédéral. Cette étude de cas permet de poser la question, à l’échelle d’un État, du choix entre justice dite procédurale et justice redistributive.

>> Télécharger le document (format PDF) :

Source : Annales de géographie, n°665-666 (2009)

Le chanteur vedette Teddy Afro libéré pour bonne conduite


Warning: Use of undefined constant wpurl - assumed 'wpurl' (this will throw an Error in a future version of PHP) in /homepages/19/d223858152/htdocs/wordpress/wp-content/plugins/add-to-facebook-plugin/addtofacebook.php on line 53

Teddy AfroTeddy Afro, star de la chanson éthiopienne, a été libéré jeudi pour bonne conduite, après avoir purgé 18 mois sur une peine de 2 ans de prison, lit-on dans ABC News.

Considéré comme le chanteur le plus populaire d’Ethiopie, Teddy Afro avait été condamné en 2007 à 2 ans de prison pour homicide et délit de fuite. Alors qu’il roulait dans les rues d’Addis Abeba à bord de sa BMW, il avait en effet tué involontairement un sans-abri.

Source : Afrik, 14 août 2009

Voir aussi :

Le chanteur éthiopien Teddy Afro condamné pour meurtre
Retour sur scène triomphal de Teddy Afro, “le Michael Jackson éthiopien”

Suivant »

web development