Archives du mot-clé 'Or'

Découverte d’or en Ethiopie

La compagnie éthiopienne National Mining Corporation (NMiC) a annoncé en fin de semaine dernière la découverte de très importantes réserves d’or, selon l’agence de presse officielle du gouvernement éthiopien.

Les réserves du plus important des gisements explorés, celui d’Okote, sont estimées à 550 tonnes. Il pourrait générer 4 milliards de dollars sur une période de vingt ans. Par comparaison, les réserves de la plus grande mine d’or exploitée au monde, celle de Grasberg en Indonésie, s’élèvent à 800 tonnes.

L’exploitation de ces gisements pourrait à terme permettre à l’Ethiopie, qui extrait actuellement de l’ordre de 4 tonnes d’or par an, de devenir un producteur de premier plan. Le directeur général de la NMiC, Melaku Beza, rappelle que l’Ethiopie a d’immenses réserves minérales encore inexploitées.

Source : Zonebourse, 5 janvier 2012

Les exportations d’or estimées à plus de 280 millions de dollars

Les exportations éthiopiennes d’or sont estimées à 280,2 millions de dollars durant les 11 derniers mois de l’année fiscale en cours, selon le ministère éthiopien des mines.

Ces recettes ont été obtenues grâce à la vente de 6 615 kg d’or à la Banque centrale éthiopienne (NBE), précise le ministère, ajoutant que l’offre d’or de cette année dépasse de 43 % celui de l’année précédente.

L’Ethiopie est en train de se positionner comme un grand producteur d’or et de gemme depuis un certain temps, ce qui n’a pas manqué de susciter l’intérêt des investisseurs internationaux qui cherchent à exploiter les minéraux.

Cependant, le pays n’est pas bien placé parmi les pays riches en ressources minières. Seules quelques sociétés internationales sont engagées dans l’exploration du pétrole.

Les Ethiopiens expliquent cette augmentation des recettes des exportations d’or et de gemme par les mesures draconiennes prises à l’encontre du commerce illégal d’or.

Durant la l’année financière 2009/2010, les recettes d’exportations d’or et de gemme en Ethiopie ont été estimées à 85 millions de dollars. Le gros du montant a été réalisé par Midroc Gold Co., qui a gagné 40 millions de dollars.

Midroc Gold Mine, détenu par le financier saoudien Cheik Mohammed Hussein Al Amoudi, avait payé 175 millions de dollars en 1998 pour remporter l’appel d’offre international pour gérer la mine Lege Dembi pendant 20 ans.

En octobre 2009, des gisements importants d’or avec une réserve avérée de 41 tonnes avaient été découverts en Ethiopie, selon des responsables chargés du secteur minier.

L’Ethiopie a vendu près de 48 tonnes d’or pour une valeur de 540,5 millions de dollars au cours des 10 dernières années.

Des sources gouvernementales évaluent à 1 000 kg d’or (10 millions de dollars) les pertes annuelles de l’Ethiopie dans le commerce de contrebande de l’or.

Source : Au fait, 17 juin 2011

Forte augmentation des recettes d’exportation d’or

L’Ethiopie a connu une augmentation des recettes de ses exportations d’or et de gemme, ont indiqué, mercredi, des responsables du gouvernement.

Les recettes des exportations d’or et de gemme ont régulièrement augmenté pour atteindre les 85 millions de dollars américains au cours des 11 derniers mois, a constaté le Centre d’informations Walta (WIC).

Les recettes ont été tirées de l’exportation de 2 485 kg d’or et 2 000 kg de gemme, d’après les autorités du ministère des Mines et de l’Energie.

Les revenus des exportations au cours des 11 derniers mois sont sept fois supérieurs à ceux des années précédentes.

L’Ethiopie est en train de se positionner comme un grand producteur d’or et de gemme depuis un certain temps, ce qui n’a pas manqué de susciter l’intérêt des investisseurs internationaux qui cherchent à exploiter les minéraux.

Cependant, l’Ethiopie n’est pas bien placée parmi les pays riches en ressources minières. Seules quelques sociétés internationales sont engagées dans l’exploration du pétrole.

Les Ethiopiens expliquent cette augmentation des recettes des exportations d’or et de gemme par les mesures draconiennes prises à l’encontre du commerce illégal d’or.

Source : Afrique en ligne, 24 juin 2010

47 millions de revenus d’exportations d’or et de tantale

L’Ethiopie a réalisé 47 millions de dollars de recettes d’exportations d’or et de tantale, durant la première moitié de l’année financière 2009/2010.

Selon le ministère des Mines et de l’Energie, le gros du montant a été réalisé par Midroc Gold Co., qui a gagné 40 millions de dollars.

Midroc est détenue par l’homme d’affaires saoudien Cheikh Mohammed Hussein Al Amoudi, d’origine éthiopienne.

Les exportations de tantale, utilisé dans les produits électroniques grand public, par la société publique Ethiopian Mines Development Share Association, ont rapporté plus de 4 millions de dollars.

Le reste des recettes d’exportations a été réalisé par la Banque nationale d’Ethiopie, dans la vente d’or trouvé par des mineurs artisanaux.

Source : Les Afriques, 9 mars 2010

Les recettes minières de l’Ethiopie estimées à 105 millions de dollars en 2008/2009

Les recettes minières de l’Ethiopie sont estimées à 105 millions de dollars durant l’année fiscale 2008/2009, a annoncé jeudi le ministre éthiopien de l’énergie et des mines, Alemayehu Tegenu.

Intervenant à la 3ème rencontre de la chambre des représentants, le ministre a souligné que les opérations d’exploration pétrolière sont en cours dans l’ensemble du territoire éthiopien, faisant savoir que les gisements de pétrole n’ont pas été, jusqu’à l’instant, découverts, mais les ressources en gaz naturel sont disponibles dans plusieurs régions du pays.

L’Ethiopie offre d’excellentes opportunités pour la prospection et l’exploitation des minéraux. Selon le ministère des mines, « les ceintures de pierre vertes d’Ethiopie offrent un des meilleurs secteurs du monde pour l’exploitation des mines d’or ».

Plus de 500 tonnes d’or ont été identifiées lors des programmes d’exploration du gouvernement. De nouvelles réserves d’or devraient être prochainement identifiées dans au moins 7 régions du pays. En plus de l’or, l’Ethiopie est comblée par la présence de gisements de tantalum, de platine, de nickel, de potasse et de cendre de soude.

En octobre dernier, des gisements importants d’or avec une réserve avérée de 41 tonnes ont été découverts en Ethiopie, selon des responsables chargés du secteur minier.

L’Ethiopie a vendu près de 48 tonnes d’or pour une valeur de 540,5 millions de dollars au cours des 10 dernières années.

Environ 47,9 tonnes, d’une valeur de 520,5 millions de dollars, ont été produites par la mine Lege Dembi, gérée par la société Midroc Gold Mine, et 693,3 kg d’une valeur de 20 millions de dollars, ont été produits par les mineurs artisanaux.

Midroc Gold Mine, détenu par le financier saoudien Mohammed Al Amoudi, a payé 175 millions de dollars en 1998 pour remporter l’appel d’offre international pour gérer la mine Lege Dembi pendant 20 ans.

Des sources gouvernementales évaluent à 1 000 kg d’or (10 millions de dollars) les pertes annuelles de l’Ethiopie dans le commerce de contrebande de l’or.

Source : Casafree, 5 novembre 2009

Découverte d’importants gisements d’or dans l’ouest de l’Ethiopie

D’importants gisements d’or avec une réserve avérée de 41 tonnes ont été découverts en Ethiopie, ont annoncé des responsables chargés du secteur minier.

Le chef des activités minières au ministère éthiopien de l’énergie et des mines, Gebre Egziabher Mekonen a fait savoir qu’une réserve de près de 23 tonnes d’or a été découverte dans une région de l’ouest du pays par la société britannique The Golden Prospecting Mining Co, soulignant que d’autres gisements existent dans cette région, dont le coût d’extraction est estimé à plus de 200 millions de dollars.

De même, une autre compagnie baptisée Sakaro, filiale de la société Midroc Gold Mine a découvert un gisement de 18 tonnes d’or dans la région de Tulu-Kapi, environ 450 km à l’ouest de la capitale Addis Abeba.

La compagnie est en train d’explorer un autre site près de Tulu-Kapi qui pourrait contenir une réserve de 30 tonnes d’or, a expliqué Mekonen.

L’Ethiopie a vendu près de 48 tonnes d’or pour une valeur de 540,5 millions de dollars au cours des 10 dernières années, selon la Banque nationale d’Ethiopie.

Environ 47,9 tonnes, d’une valeur de 520,5 millions de dollars, ont été produites par la mine Lege Dembi, gérée par la société Midroc Gold Mine, et 693,3 kg d’une valeur de 20 millions de dollars, ont été produits par les mineurs artisanaux, a indiqué la même source.

Midroc Gold Mine, détenu par le financier saoudien Mohammed Al Amoudi, a payé 175 millions de dollars en 1998 pour remporter l’appel d’offre international pour gérer la mine Lege Dembi pendant 20 ans.

Des sources gouvernementales évaluent à 1 000 kg d’or (10 millions de dollars) les pertes annuelles de l’Ethiopie dans le commerce de contrebande de l’or.

Source : Casafree, 26 octobre 2009

Liberté provisoire refusée à 27 personnes accusées dans un scandale de faux or

Le tribunal fédéral éthiopien siégeant à Addis Abeba a refusé vendredi d’accorder une liberté provisoire à 27 suspects impliqués dans un scandale de faux or d’une valeur de 20 millions de dollars américains qui a eu lieu à la banque centrale du pays.

Les accusés dont la plupart sont des responsables de différents ministères sont accusés de flouer la Banque nationale d’Ethiopie avec de faux or et d’avoir soutiré l’or authentique dont le coût est estimé à 20 millions de dollars.

Suite à ce scandale, la Banque a reçu l’ordre du gouvernement la semaine dernière de vérifier tous ses dépôts d’or après la découverte d’acier plaqué d’or dans une cargaison de lingots acheminée en Afrique du Sud.

« L’accusation est trop complexe et implique beaucoup de personnes dans une affaire pénale qui demande beaucoup de temps pour être étudiée », a indiqué le tribunal d’Addis Abeba dans son jugement. « Nous allons poursuivre la détention des suspects pour 15 autres jours et l’affaire est renvoyée au 7 avril », a précisé le tribunal.

Les accusés parmi lesquels 11 employés de banque, ont été déférés au tribunal par la police. Les autres suspects sont des employés de Geological Survey d’Ethiopie qui devait vérifier et certifier les dépôts d’or et des hommes d’affaires qui auraient profité du scandale. Ils sont tous accusés d’avoir provoqué une perte d’environ 20 millions de dollars à la banque.

Des milliers de mineurs traditionnels extraient de l’or alluvionnaire dans le sud et sud-est de l’Ethiopie qui doit être expertisé par le Geological Survey avant d’être vendu à la banque nationale.

La Banque a ordonné la mise sous surveillance policière des centres commerciaux et des villas résidentielles appartenant et gérés par les suspects jusqu’à ce que l’affaire soit vidée.

Au début de l’année 2007, l’Ethiopie a pris de sévères mesures pour combattre la corruption. Cette mesure a permis l’arrestation et la poursuite devant les tribunaux de centaines de responsables gouvernementaux.

Source : Jeune Afrique, 22 mars 2008

Les exportations d’or rapportent 40 millions de dollars

« Les exportations d’or de l’Ethiopie, alimentées par la production artisanale de petite échelle, ont rapporté au pays 40 millions de dollars au cours des 11 derniers mois », a déclaré lundi le ministre des Mines et de l’Energie, Alemayehu Tegunu.

Alemayehu Tegunu a déclaré à la presse à Addis Abeba qu’environ deux tonnes d’or avaient été produites par les canaux traditionnels et exportées vers les marchés étrangers.

C’est la première fois que l’Ethiopie atteint un tel niveau de recette en devises à travers l’exploitation de son or.

« Cela a été possible grâce à l’appui technique et matériel pour reconvertir les mineurs traditionnels dans des activités minières légales », a déclaré Tegunu.

D’énormes efforts ont été consentis pour l’organisation des mineurs traditionnels vivant dans la région afin de les aider à entreprendre une exploitation légale, a-t-il déclaré.

Source : Afrique en ligne, 7 août 2007

web development