Après Robé, la piste descend progressivement vers les basses terres arides jusqu’à 1 300 m et atteint après 110 km Sof Omar. Le village s’étend le long des gorges de la rivière Web, qui ici se perd dans un labyrinthe souterrain formant le plus vaste réseau de grottes naturelles du continent africain.

Sof Omar, Grottes, Balé, Ethiopie, EthiopiaDans la roche calcaire blanche, l’érosion a façonné un formidable ensemble fait de porches imposants, de salles majestueuses, d’arches et de piliers, une véritable cathédrale naturelle où le bruit de la rivière participe à une atmosphère déjà envoûtante.

Le réseau de galeries s’étend sur 16 km, percés de 42 passages dont l’exploration complète nécessite un véritable équipement de spéléologie. Cependant, une promenade d’une heure permet de découvrir une partie de l’ensemble souterrain dont le “grand dôme” et la “chambre des colonnes”, entre le pont naturel d’Ayyo Mako et la résurgence de Hulluqa. D’étonnantes sculptures rocheuses, comme le “tapis de Sof Omar”, s’étendent tout au long du lit de la rivière. Si la présence d’un guide semble indispensable, il ne faut pas hésiter à négocier les prix. 20 à 30 birr par personne et 50 pour un groupe semble raisonnable.

Au-delà de sa grande beauté naturelle, le site est également un des hauts lieux de l’islam éthiopien. C’est en effet ici que le scheik Safiyullah Omar (Sof Omar) trouva refuge au premier temps de l’islam, avant que la nouvelle religion ne se diffuse dans la région du Balé. Ici pourtant, les rites animistes immémoriaux vénérant les esprits souterrains se mêlent au culte musulman à la mémoire du saint homme et, lors des pèlerinages, de très nombreuses offrandes païennes s’accumulent à l’entrée des grottes.

La région et les abords de la rivière sont un bon lieu d’observation de la vie animale où vivent singes, koudous, dik-dik ou encore des tortues et des reptiles, ainsi que de nombreuses espèces d’oiseaux et de papillons. Il est intéressant de combiner la visite des grottes avec celle du marché qui, à Sof Omar, se tient le samedi.

Source : Le Petit Futé : Ethiopie (Edition 2005/2006)

Voir aussi :

Album photo de Sof Omar